Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Comment l'application de messagerie sécurisée Signal compte-t-elle séduire le grand public ?

L'application de messagerie instantanée Signal veut séduire le grand public pour que chacun puisse échanger du contenu en toute confidentialité. L'entreprise californienne a pris un nouveau tournant en 2018, lorsque le cofondateur de WhatsApp Brian Acton y a injecté 50 millions de dollars. Depuis, elle a développé de nouvelles fonctionnalités pour attirer les usagers de messageries traditionnelles. Mais il lui reste du chemin à parcourir.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Comment l'application de messagerie sécurisée Signal compte-t-elle séduire le grand public ?
Comment l'application de messagerie sécurisée Signal compte-t-elle séduire le grand public ? © Unsplash/Eddy Billard

Signal, une application de messagerie instantanée gratuite qui utilise le chiffrement de bout en bout pour protéger les conversations de ses utilisateurs, est bien connue des aficionados de la sécurité. Mais l'application, développée par l'entreprise californienne Open Whisper Systems reste, peu utilisée du grand public. Cela pourrait changer.

 

En février 2018, la société a pris un nouveau tournant. Le cofondateur de WhatsApp, Brian Acton, a pris la tête du comité exécutif de la Fondation Signal et injecté à lui seul 50 millions de dollars dans la start-up. Open Whisper Systems avait connu son premier grand succès commercial lorsqu'elle avait signé un partenariat avec WhatsApp en 2016 pour lui permettre d'intégrer son Signal Protocol.

 

L'objectif de Brian Acton est simple : mettre les communications chiffrées à la portée de tous. "Notre projet est d'inventer un nouveau modèle d'entreprise tech à but non lucratif focalisée sur la protection de la vie privée pour tous et partout", déclarait à cette occasion Brian Acton dans un billet de blog. Deux ans plus tard, l'entreprise californienne a-t-elle réussi son pari ? 

 

10 millions de téléchargement sur le Play Store

Interrogé par Wired le 14 février 2020, le cofondateur et CEO de Signal, Moxie Marlinspike, a réaffirmé sa volonté de séduire le grand public et de ne plus se cantonner à quelques experts en cybersécurité ou à des figures comme le lanceur d'alerte Edward Snowden. Mais il refuse à ce jour de communiquer sur le nombre total d'utilisateurs à travers le monde. Seule indication : 40% des utilisateurs de l'application sont sur iOS, et le compteur du Google Play Store affiche 10 millions de téléchargements. "J'aimerai que Signal puisse devenir un service de la taille de WhatsApp (…) dans les cinq prochaines années", a déclaré Brian Acton. A savoir que WhatsApp a dépassé la barre des deux milliards d'utilisateurs le 12 février 2020.

 

Pour séduire le grand public, les 20 employés de Signal ont misé sur le développement de nouvelles fonctionnalités. Ils ont intégré la prise en charge de l'iPad, la création de vidéos et d'images éphémères, des emojis et des packs d'autocollants. Ces fonctionnalités, dites "d'enrichissement", servent à attirer les gens qui souhaitent une application de messagerie aussi multifonctionnelle que WhatsApp, iMessage, Line ou Telegram, tout en conservant un maximum de sécurité.  

 

qui dit Nouvelles fonctionnalités dit risques accrus

De plus, Signal promet la mise en place d'un nouveau système de messagerie de groupe où les administrateurs pourront ajouter ou supprimer des membres sans qu'un serveur Signal ne stocke des informations sur ces personnes. Pour ce projet, Signal s'est associé à Microsoft Research afin de créer une nouvelle forme "d'identifiants anonymes". L'entreprise californienne travaille également sur une nouvelle fonctionnalité baptisée "secure value recovery". Elle devrait permettre de créer un carnet d'adresse des contacts Signal et de les stocker sur un serveur Signal au lieu de dépendre uniquement de la liste du téléphone. Ces informations seraient alors conservées même en cas de changement d'appareil. Mais ces nouvelles fonctionnalités induisent une complexité supplémentaire qui augmente les risques de failles, prévient Matthew Green, spécialisé en cryptographie à l'Université Johns Hopkins, contacté par Wired.

 

Mais pour Moxie Marlinspike, seules la stratégie et les ressources de Signal ont changé. Il rappelle que les valeurs fondamentales de l'entreprise sont toujours les mêmes. "Nous voulons rendre la communication privée simple, le chiffrement de bout en bout omniprésent, et repousser les limites des technologies respectueuses de la vie privée."

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

1 commentaire

MartinPe
26/02/2020 13h35 - MartinPe

L'application, disponible sur iOS et Android, est developpee depuis 2014 par une organisation a but non lucratif. Elle a recu l’honneur d’etre citee par le lanceur d’alerte Edward Snowden : “J’utilise Signal tous les jours”, a-t-il declare en 2015 sur Twitter.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

 
media