Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Comment l'IA de la start-up Avenda Health aide à traiter les cancers de la prostate en préservant les organes du patient

La start-up californienne Avenda Health a développé une technique d’intelligence artificielle pour soulager les hommes atteints du cancer de la prostate, en limitant le nombre de complications. Une solution qui devrait leur éviter de multiplier les consultations médicales.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Comment l'IA de la start-up Avenda Health aide à traiter les cancers de la prostate en préservant les organes du patient
Comment l'IA de la start-up Avenda Health aide à traiter les cancers de la prostate en préservant les organes du patient

Aux Etats-Unis, le cancer de la prostate concernerait un homme sur neuf en moyenne. Il s’agit de l'une des formes les plus répandues de cette maladie. Infections urinaires, troubles érectiles… Le cancer de la prostate débouche aussi sur des complications du fait de la proximité des organes dans cette partie du corps. Partant de ce constat, la start-up Avenda Health, basée à Santa-Monica (Etats-Unis), a développé une technique d’intelligence artificielle pour réduire ces désagréments.

 

L'IA pour UN GAIN DE PRéCISION

Nos confrères du site américain MedGadget rapportent que la jeune pousse fondée en 2017 est "le résultat de près d’une décennie de recherche à l’UCLA [Université de Californie à Los Angeles, N.D.L.R.]". Les trois chercheurs à sa tête ont estimé que la pratique actuelle – qui veut que l’on irradie l’intégralité voire que l’on retire la prostate – était trop invasive. L’intelligence artificielle d’Avenda Health permet de guider le laser de façon bien plus précise, pour ne cibler que la tumeur et non l’organe entier. La technique d’Avenda Health a récemment été validée par une preuve de concept de phase 1. La jeune pousse lancera une campagne de financement participatif de série A, dans l’objectif de commercialiser sa solution d’ici à la fin de l’année. Un suivi clinique sera réalisé en 2020, partiellement financé par les Instituts américains de la Santé (NIH) – peu ou prou l'équivalent de l'Inserm français.

 

"En se basant sur de larges bases de données d’imagerie, nous utilisons l’IA pour calculer l’endroit exact où le traitement devrait être appliqué. Cela permet d’épargner les tissus sains des patients qui conservent ainsi leurs fonctions urinaires et sexuelles", souligne auprès de nos confrères de MedGadget le président-fondateur d’Avenda Health, Shyam Natarajan. La start-up indique que le diagnostic et le traitement peuvent, avec sa technique, être réalisés dans le seul cabinet d’un urologue… alors qu’il est aujourd’hui nécessaire de consulter différents spécialistes lors de laborieuses procédures. De quoi, selon elle, "économiser du temps et de l’argent, tout en accélérant la guérison" et "éloigner les personnes des blocs opératoires". Une petite révolution, pour une affection de longue durée.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale