Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Comment la data et les nouvelles techno peuvent aider l'aviation à réduire son impact environnemental

Le secteur aéronautique est souvent critiqué pour sa consommation en carburant et ses émissions de CO2. Depuis de nombreuses années déjà, les différents acteurs du secteur se sont saisis de ces questions et tentent d'améliorer leur consommation grâce à de nouvelles technologies et l'analyse des données. Focus sur les solutions déployées par Air France et le logiciel développé par OpenAirlines.

mis à jour le 12 juin 2019 à 17H30
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Comment la data et les nouvelles techno peuvent aider l'aviation à réduire son impact environnemental
Pour diminuer leurs consommations de carburant, les compagnies aériennes peuvent investir dans des avions de nouvelles générations comme les Airbus A350-1000 (en photo). © Airbus - S. Ramadier

"L'aviation émet un milliard de tonnes de CO2 tous les ans", annonce Xavier Tytelman, consultant aéronautique chez CGI Business Consulting. "Un passager consomme deux litres aux 100 kilomètres pour être transporté, ajoute-t-il. Et le trafic aérien double tous les 15 à 17 ans". Face à ces chiffres, industriels, compagnies aériennes et gestionnaires d'aéroports sont mobilisés afin de trouver des solutions pour minimiser l'impact du secteur sur l'environnement.

 

Une mobilisation qui a débuté il y a longtemps déjà puisque "l'aviation a divisé par deux ses émissions depuis 1990", précise le consultant en aéronautique. Un effort de recherche qui est d'autant plus important que le coût du carburant représente 1/3 des dépenses des compagnies aériennes. Au-delà des carburants alternatifs qui se développent, des focus sont faits sur les infrastructures, l'optimisation des opérations et les technologies innovantes.

 

Développement des outils connectés embarqués dans les avions

"Depuis 2011, Air France mène plusieurs initiatives avec comme objectif à l'horizon 2020 de réduire de 20% ses émissions de CO2. Un objectif atteint à la fin 2018", annonce Eric Prévot, commandant de bord sur Boeing 777 pour Air France. Investissement dans des avions nouvelle génération, diminution de la masse embarquée, optimisation de leurs performances grâce à un meilleur chargement et centrage de l'appareil ou à un lavage optimal du moteur… La compagnie aérienne cherche à améliorer son bilan carbone à l'aide de différents facteurs.

 

Le développement des outils connectés embarqués dans les avions est aussi important puisqu'ils permettent d'avoir des informations en temps réel, comme les données météorologiques, nécessaires pour optimiser l'altitude de l'appareil afin de consommer moins de carburant. "L'attitude optimale de l'avion change tout au long du vol puisqu'il consomme du carburant et que son poids diminue", ajoute Eric Prévot. Cette altitude optimale peut désormais être mieux suivie de façon continue en croisière ascendante dans certains espaces comme l'Atlantique Nord. Enfin, Air France cherche aussi à optimiser les routes et, à ce niveau, "investir dans le digital, c'est investir dans de meilleurs outils pour avoir de meilleures prévisions et plus de fiabilité", déclare Eric Prévot. Ces dernières années, de nombreuses start-up, qui proposent des outils d'optimisation de ces routes, voient le jour. Mais il est difficile de percer dans ce secteur très réglementé par les Etats et surveillé de près par les contrôleurs aériens.

 

OpenAirlines veut optimiser en temps réel le pilotage

"OpenAirlines a développé un logiciel d'économie de carburant destiné aux compagnies aériennes et basé sur l'analyse des données issues notamment des boîtes noires des avions, des plans de vols et des prévisions météorologiques", explique son CEO Alexandre Feray. OpenAirlines est capable de mesurer le gain exacte du nettoyage d'un moteur à un temps T ainsi que les bénéfices des opérations de vol (plan de vol, façon d'atterrir...). Les compagnies aériennes peuvent utiliser ce logiciel pour préconiser des bonnes pratiques aux pilotes. Et les pilotes peuvent aussi télécharger leur propre application baptisée MyFuelCoach.

 

Avec cette app, "le pilote peut rejouer son vol en 3D et avoir des informations sur la consommation de carburant en temps réel afin par exemple de connaître l'impact de la sortie du train d'atterrissage à ce moment précis", détaille Alexandre Feray. Le pilote peut donc savoir savoir ce qui a été favorable en termes de consommation de carburant et ce qui aurait pu être fait pour l'optimiser. Au total, "400 000 tonnes de CO2 ont été économisées l'année dernière grâce au logiciel d'OpenAirlines", assure son CEO.

 

La prochaine étape ? D'ici la fin de la semaine, OpenAirlines va lancer un module embarqué et connecté à l'avionique. Ce dernier permettra d'optimiser le vol en temps réel selon l'altitude ou la vitesse de l'avion. Et le logiciel pourra proposer au pilote de demander aux contrôleurs aériens de réaliser un trajet direct sur les vols sur lesquels ils ont statistiquement le plus de chance d'être acceptés. A la clé : un gain de temps pour les passagers ainsi que des réductions de carburant.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale