Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Comment la France compte-t-elle prendre le virage numérique de la santé ?

D'ici janvier 2022, chaque Français aura un espace de santé pour stocker et partager l'ensemble de ses données de santé. Ce projet ambitieux nécessite que l'ensemble des logiciels utilisés par les professionnels soient compatibles avec ce dispositif. D'ici trois ans, l'objectif du gouvernement est d'atteindre les 500 millions de documents échangés par an.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Comment la France compte-t-elle prendre le virage numérique de la santé ?
Comment la France compte-t-elle prendre le virage numérique de la santé ? © Cegedim santé

Le volet numérique du Ségur de la Santé, un plan national visant à refondre le secteur de la santé à la suite de nombreuses défaillances mises en lumière par la pandémie de Covid-19, consacre deux milliards d'euros à l'e-santé pour accélérer la transformation de ce secteur.

Bilan annuel
Ce budget doit permettre de "rattraper le retard dans la modernisation, l'interopérabilité, la réversibilité, la convergence et la sécurité des systèmes d'information en santé", indiquait le ministère des Solidarités et de la Santé lors de la présentation de ce plan en juillet 2020. Un an plus tard, où en est-on ? C'est à cette question qu'a voulu répondre le gouvernement lors d'un point presse se déroulant le jeudi 22 juillet.

Cette première année a permis de "poser les fondamentaux de la modernisation des outils numériques avec la construction d'infrastructures numériques socles pour tous les logiciels de santé (messagerie sécurisée de santé, Pro Santé Connect, Identité Nationale de Santé...)", a expliqué l'Agence du numérique en santé. C'est donc le moment pour les professionnels de santé, les éditeurs de logiciels et les citoyens de s'emparer de ces outils.

Alimenter Mon Espace de Santé
La construction d'un "socle numérique" commun poursuit un objectif principal : l'alimentation de "Mon Espace Santé", le projet phare du gouvernement. Il s'agit d'un "espace numérique individuel" mis à la disposition par l'Etat et l'Assurance maladie. Il permettra à chaque administré de stocker ses données de santé et de les partager avec les professionnels de santé.

Cet outil doit être généralisé à l'ensemble de la population en janvier 2022. Ainsi, d'ici deux ans, tous les logiciels utilisés par les professionnels de santé seront compatibles avec Mon Espace Santé et d'ici trois ans, l'objectif est d'atteindre les 500 millions de documents échangés par an.

Les décrets d'application de la loi relative à l'organisation et à la transformation du système de santé, dite "loi OTSS"', définissant le mode de fonctionnement de Mon Espace de Santé et des évolutions apportées au Dossier Médical Partagé (DMP) vont bientôt être publiés au journal officiel.

Lors de ce point presse, le contenu de ces textes a été révélé. Ainsi, il est prévu que l'Espace de santé intègre les données administratives du titulaire (nom, prénom, sexe, date et lieu de naissance...), ainsi que son dossier médical partagé (constantes de santé, questionnaire de santé...), les données relatives au remboursement des dépenses de santé ainsi qu'une messagerie sécurisée...

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.