Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Comment la start-up nantaise D-Vine a adapté sa machine à vin au marché de la vente à emporter

Les cafés et restaurants ne peuvent toujours recevoir de clients. En conséquence la start-up D-Vine, créatrice d'une solution innovante de consommation de vin au verre, s'est adaptée au marché de la vente à emporter.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Comment la start-up nantaise D-Vine a adapté sa machine à vin au marché de la vente à emporter
Comment la start-up nantaise D-Vine a adapté sa machine à vin au marché de la vente à emporter © D-Vine

Connue jusqu’alors sous le nom de 10-Vins, la start-up de Nantes a développé la D-Vine, une machine connectée qui permet de servir des grands crus au verre dans des conditions optimales de dégustation. D-Vine cible principalement les hôtels et restaurants, et équipe actuellement 600 établissements, dont 20% des hôtels 4 et 5 étoiles parisiens.

Au printemps dernier, pour faire face à la fermeture des établissements, la start-up avait déjà testé différents modèles et concepts que ce soit en B2C comme en B2B : dégustations à domicile, ventes en ligne… En décembre, D-Vine a lancé Wine Barista : une offre spécifique pour les professionnels de la restauration et les traiteurs qui proposent désormais de la vente à emporter ou de la livraison à domicile.

Dans une logique de ventes additionnelles, elle leur propose de mettre à la carte des vins de terroirs, conditionnés en flacons individuels de 10 cl. "Comme pour les vins de la D-Vine, un QR-Code permet d’accéder à des informations sur les origines du cépage et des accords mets et vins", explique Thibaut Jarrousse, le président de D-Vine.

Un bon démarrage commercial
Avec Wine Barista, l’entreprise entend s’ouvrir à d’autres segments que les restaurants et hôtels ayant acquis la machine D-Vine dont l’offre est centrée sur les grands crus. "La valeur ajoutée de l’offre n’est pas la même que D-Vine, mais Wine Barista est plus facile à distribuer", détaille Thibaut Jarrousse mentionnant 350 nouveaux clients pour Wine Barista dont 15 % à l’export. Commercialement, la start-up s’appuie sur de la vente en ligne via des partenaires comme la place de marché BtoB Ankore ou des grossistes et distributeurs.

Une D-Vine Pro à venir
Parallèlement, D-Vine prépare la reprise du secteur de la CHR avec une nouvelle version de sa machine : la D-Vine Pro. "Notre machine avait initialement été conçue, en 2016, pour le grand-public. Nous l’avons adapté aux professionnels. Mais cette nouvelle version intègrera une quinzaine d’évolutions techniques pour répondre spécifiquement à leurs besoins avec un débit plus rapide, une meilleure fiabilité sur la détection des vins, une gestion des datas et des stocks plus fines…"

La D-Vine Pro est prête depuis l’automne, et en test chez une dizaine de clients. Mais l’entreprise a choisi d’en décaler le lancement de quelques mois au vu du contexte économique. Elle est en cours d’industrialisation en France chez une trentaine de partenaires. D-Vine emploie 45 salariés dont 15 commerciaux en régions. La start-up a internalisé sa logistique, stockant les consommables de ses machines et les flacons de Wine Barista près de Nantes.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.