Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Comment le cloud va aider Nuance à réduire les tâches administratives des médecins

Vidéo La multinationale américaine Nuance Communication lance une nouvelle version de son outil de reconnaissance vocale Dragon Medical. Ce dernier épargne de nombreuses tâches administratives aux médecins en transcrivant les informations d'une conversation avec un patient dans son dossier. Grâce au cloud, les professionnels pourront désormais exercer ailleurs qu'à l'hôpital ou à leur cabinet. En lien avec Microsoft sur le plan technologique, l'entreprise dessine la salle d'examen du futur.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Comment le cloud va aider Nuance à réduire les tâches administratives des médecins
Comment le cloud va aider Nuance à réduire les tâches administratives des médecins © Nuance Communications

Au départ, un constat : les médecins consacreraient de 20 à 30 % de leur journée à effectuer des tâches administratives liées au dossier patient informatisé (DPI). Un chiffre qui aurait tendance à progresser, du fait d’un cadre réglementaire toujours plus exigeant en faveur de la protection des données personnelles et sensibles.

 

C’est pour les soulager que Nuance Communications commercialise, depuis 15 ans, la solution de reconnaissance vocale Dragon Medical. "La nécessité d’un tel outil ne transparaît vraiment qu’aujourd’hui, alors que 50 % des médecins se disent en burn-out du fait de la pression", indique à L’Usine Digitale le docteur Frederik Brabant, vice-président de Nuance Healthcare. Ce jeudi 28 novembre 2019, la multinationale américaine annonce le lancement mi-décembre en Europe d’une version plus aboutie. Reposant sur le cloud, elle se veut plus flexible.

 

éCONOMISER 30 à 40 MINUTES PAR JOUR

Concrètement, la solution permet de transcrire automatiquement les diverses informations d’une conversation entre un médecin et son patient dans le DPI de ce dernier. Pour créer ces comptes-rendus, quelque 18 000 professionnels utilisent la première mouture en France et 500 000 à l’échelle mondiale – surtout en milieu hospitalier. "Cela économise 30 à 40 minutes par jour, soit suffisamment de temps pour recevoir deux à trois personnes supplémentaires", avance Frederik Brabant.

 

A l’issue de six mois d’utilisation, le Centre hospitalier universitaire (CHU) d’Orléans dit avoir réduit le délai entre la production et l’envoi de la lettre de liaison en sortie d’hospitalisation de 74 %. Son service de médecine nucléaire aurait même amélioré son efficacité opérationnelle de 33 % sur deux ans. Aux urgences de l’hôpital européen de Marseille, 25 % de temps a pu être gagné sur les prises en charge.

 

 

Avec la version Dragon Medical One, l’outil de reconnaissance vocale sera accessible depuis n’importe quel appareil connecté au DPI. Ce qui permettra aux professionnels d’exercer aussi bien à l’hôpital, en cabinet ou à domicile. Autre avantage du cloud, une disponibilité immédiate dès la souscription, sachant qu’aucune infrastructure n’est à déployer. Un partenariat a été mis en place avec Microsoft Azure pour opérer le service, qui a été certifié par l’Agence française de la santé numérique.

 

DE NOUVELLES FONCTIONNALITéS à venir AVEC MICROSOFT

Les algorithmes sont constamment améliorés par les ingénieurs et mathématiciens de Nuance. "Grâce au machine learning, alimenté par des textes médicaux anonymisés, nos experts affinent les modèles pour une meilleure compréhension de près de 23 langues et sécurisation des données sensibles", assure Frederik Brabant. La collaboration avec Microsoft doit permettre, à terme, d’aller plus loin pour développer de nouvelles fonctionnalités pour l'ensemble de la gamme de services.

 

Ainsi, l’entreprise entend combiner jusqu’à six technologies distinctes pour ajouter une brique d’intelligence conversationnelle. "Notre outil de biométrie vocale permettra d’identifier formellement l’ensemble des personnes prenant part à l’échange, tandis que le cloud et la capacité de Microsoft à synthétiser les documents pourront en extraire l’essentiel", détaille le vice-président de Nuance Healthcare. De quoi réduire un peu plus encore la place de l’ordinateur en santé et participer, dès 2020, à l'avènement de "la salle d'examen du futur" et d'"une intelligence clinique ambiante".

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media