Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Comment le spécialiste du e-commerce Oxatis veut doubler de taille

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Spécialiste des sites e-commerce en mode SaaS, la société marseillaise a levé 12,3 millions d’euros dans le cadre de son introduction sur Euronext Growth Paris. Ces moyens devraient la conduire à accélérer la diffusion de ses solutions en Europe.

Comment le spécialiste du e-commerce Oxatis veut doubler de taille
Basée à Marseille, Oxatis vient d'entrer en Bourse. L'entreprise veut s’imposer comme « leader européen du Saas e-commerce ». © Wikimedia Commons

« C’est le début d’une aventure encore plus exaltante pour Oxatis. Nous avons des ambitions d’expansion. Nous avons désormais les moyens de les réaliser », résume Marc Schillaci, président et cofondateur en 2001 d’Oxatis, société conceptrice de solutions SaaS pour le e-commerce à Marseille (Bouches-du-Rhône).

 

49,1 millions d'euros de capitalisation boursière

Avec son introduction en Bourse sur Euronext Growth Paris, l’entreprise lève un montant de 12,3 millions d’euros, susceptible d’être porté à 14,1 millions d’euros si Portzamparc exerce avant le 18 mai l’intégralité de son option de surallocation. Le prix de l’action a été fixé à 11,50 euros. Le début des négociations sur le marché débutera ce mardi 24 avril 2018. La capitalisation boursière d’Oxatis ressort à 49,1 millions d’euros avec cette opération.

 

L’entreprise a conçu une plate-forme technologique en mode SaaS avec plus de 400 fonctionnalités (création, déploiement omnicanal, référencement, pilotage de catalogues et commandes, outils d’analyse et de marketing…) pour quelque 7 000 clients français et européens (Angleterre, Espagne, Italie) qui ont voulu se doter d’un site marchand. En 2016, elle avait réalisé une levée de 5 millions d’euros qui lui a permis de conforter ses technologies par sa R&D interne ou grâce à ses partenariats avec de grands noms comme Sage, Ebay, Amazon Pay ou Colissimo.

 

Doubler de taille

Selon Marc Schillaci, la réussite d’Oxatis vient de sa capacité à proposer aux TPE-PME « les outils que maîtrisent les géants pour que leurs clients effectuent leurs achats aussi confortablement que sur Amazon. La segmentation pointue du marché crée la rentabilité. Nous analysons chaque mois les données qui remontent de notre propre clientèle pour poursuivre sans cesse les améliorations ». L’entreprise couvre une vingtaine de secteurs d’activités, en BtoC comme en BtoB. Fin 2017, les clients d’Oxatis totalisaient sur un an 350 millions d’euros de commandes en ligne. Leur activité digitale générait pour les plus petits, 10 000 euros, et pour les plus importants, plus de 12 millions d’euros. Le chiffre d’affaires de la société s’élève, lui, à 9,6 millions d’euros (+ 31% en un an), considéré comme récurrent à 83%, pour un effectif de 175 collaborateurs qui s’étoffe chaque année. 

 

 

Pour promouvoir ses solutions, elle s’appuie surtout sur ses équipes commerciales mais 13% de son chiffre d’affaires 2017 provient d’un réseau indirect : éditeurs et revendeurs informatiques, réseaux bancaires (Crédit Agricole, Crédit du Nord, Caisse d’Epargne, Crédit Mutuel-CIC) et prochainement des agences digitales et entreprises de services du numérique (ESN). En 2017, l’international représentait près de 20% de l’activité de la société, grâce à une progression des ventes de l’ordre de 24%. Avec cette entrée en Bourse, Oxatis veut doubler de taille et s’imposer comme « leader européen du Saas e-commerce ». Le cap des 20 millions d’euros est fixé pour 2020, une marge d’exploitation à deux chiffres est visée pour dans cinq ans. Le Royaume-Uni, l’Espagne et l’Italie restent évidemment au rang des priorités, mais la société veut prendre position « sur de nouveaux pays européens à fort potentiel ». En 2017, le dirigeant songeait notamment à l’Allemagne.

 

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale