Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Comment le supercalculateur japonais Fugaku contribue à la recherche contre le Covid-19

Vu ailleurs L'humidité réduirait la contamination par les aérosols, d'après une étude menée par une équipe japonaise. Pour modéliser l'émission des particules virales, les scientifiques ont utilisé le supercalculateur le plus puissant du monde, Fugaku, créé par Fujitsu pour le compte de l'institut scientifique japonais Riken.  
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Comment le supercalculateur japonais Fugaku contribue à la recherche contre le Covid-19
Comment le supercalculateur japonais Fugaku contribue à la recherche contre le Covid-19 © Riken

Le supercalculateur japonais Fugaku, le plus rapide au monde à l’heure actuelle, est actuellement utilisé par des chercheurs de l'Institut de recherche Riken et de l'université de Kobe, rapporte Reuters.

Modéliser l'émission de particules virales
Grâce à la puissance de 415,53 pétaflops de cette machine, les scientifiques ont modélisé l'émission et le flux de particules virales provenant de personnes contaminées dans divers milieux intérieurs. Résultat : l'humidité réduirait la contamination par aérosol. Ces travaux viennent d'être publiés.

Les simulations ont montré que dans des environnements avec une humidité d’air inférieure à 30 %, la quantité de particules aérosolisées est deux fois plus élevée que lorsque l’humidité atteint des niveaux de 60 % ou plus. En d'autres termes, le risque de contamination au SARS-CoV-2 est plus élevé en intérieur à de faibles taux d'humidité.

Les visières de protections sont inefficaces
L’équipe de recherche dirigée par le chercheur Makoto Tsubokura avait déjà utilisé le superordinateur Fugaku pour modéliser les conditions de contagion dans les trains, les espaces de travail et les salles de classe.

Cette étude avait notamment montré que les visières de protection n'étaient pas aussi efficaces que les masques pour prévenir la propagation des aérosols.

Les outils de calcul intensif mobilisés par le Covid-19
Fugaku a été lancé en juin 2020 alors qu'il était encore en cours de construction. Un accès prioritaire a été alloué à des projets correspondant à 4 thématiques : trouver les caractéristiques du nouveau coronavirus, identifier les agents thérapeutiques, améliorer le diagnostic du virus et révéler des informations sur la propagation.

Fugaku n'est l'unique supercalculateur impliqué dans la recherche sur le Covid-19. En France, les supercalculateurs français Joliot-Curie et Occigen fournissent un accès prioritaire à une grande partie de leurs ressources de calcul à des équipes de chercheurs européens. Ils ont ainsi pu se travailler sur l'efficacité des médicaments antipaludiques ou encore la simulation de différentes protéines.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media