Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Comment les investisseurs américains fabriquent des licornes à la chaîne

Le nouveau patron de Fabernovel USA, Dominique Piotet, décrypte la multiplication des licornes outre-Atlantique. Elles seraient dopées par des investisseurs en capital risque (VC) qui cherchent à créer de nouvelles barrières à l’entrée d’un marché pour lequel la technologie n’est plus un obstacle.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Comment les investisseurs américains fabriquent des licornes à la chaîne
Comment les investisseurs américains fabriquent des licornes à la chaîne © GP Bullhound

Installé dans les locaux de San Francisco, Dominique Piotet est depuis un mois le nouveau patron de Fabernovel USA. Observateur privilégié de l’écosystème numérique de la Silicon Valley, il décrypte simplement le mécanisme de la valorisation des startup de la région, véritable machine à fabriquer des licornes (entreprises valorisées au-delà d’un milliard de dollars).

 

"C’est très simple, résume-t-il. Tous les grands investisseurs en capital risque ou VC (ventures capital), comme Andreessen Horowitz, Kleiner Perkinsou Sequoia, se retrouvent autour d’un bon repas au même endroit et décident de ces valeurs." Le plus souvent, tout se passe au Rosewood Hotel, Sandhill road, à Menlo Park, la ville de Facebook. C’est là que se cuisinent les valorisations si difficiles à appréhender parfois, en regard de l’activité des entreprises. "Personne ne comprend," rassure Dominique Piotet.

 

Trouver une pépite, et la doper à coups de financement lourd

En réalité, même si Dominique Piotet juge complètement artificiels ces modes de valorisation, il reconnaît que ces entreprises s’appuient sur des critères objectifs, au moins au départ. Ils regardent de près les startup qui se multiplient sur un même créneau, mais vont s’attarder sur l’une d’entre elle, par exemple, parce qu’elle va attirer plus vite que les autres le volume de clientèle nécessaire à la réussite numérique.

 

Un des exemples les plus récents s’appelle Uber. Il s’est détaché très vite de ses nombreux concurrents, y compris Lyft de moins en moins présent même dans sa ville d’origine de San Francisco. Une fois repérée la pépite qui se détache déjà de ses concurrents, les VC la propulse encore plus haut, volontairement, en la finançant massivement. En Silicon Valley, on ne prête qu’aux riches, en quelque sorte.

 

Créer de nouvelles barrières à l’entrée

Selon Dominique Piotet, la création accélérée de licornes est bien sûr un moyen pour les VC de montrer de belles réussites aux investisseurs et ainsi continuer de lever de l’argent. Mais c’est aussi un outil de création de nouvelles barrières à l’entrée du marché. Alors que les barrières technologiques, elles, sont levées pour la plupart, reste celle de l’argent, de plus en plus élevée, donc. Aujourd’hui, une start-up qui ne vaut pas son milliard de dollars a clairement moins de chances que les autres de s’en sortir.

 

Pas de bulle à l’horizon, mais une guerre des talents

Autant de valorisations en grande partie artificielles pourraient-elles alors bel et bien provoquer la bulle dont tout le monde parle ? "Pas au sens strict, pas au sens de bulle financière, répond Dominique Piotet. Mais il y a clairement une tension." Pour lui, pas de problèmes pour obtenir de l’argent, les ressources existent. Pas de problèmes non plus pour trouver des clients, un marché, les débouchés existent. "La vraie tension, ce sont les ressources humaines, les talents. Et là, c’est la guerre."

Emmanuelle Delsol, en Californie 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale