Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Comment Mappy veut devenir un acteur du MaaS sous l'impulsion de sa nouvelle directrice générale Florence Leveel

Mappy cherche à se transformer pour proposer des solutions de paiement et de billettique à ses utilisateurs. Sa nouvelle directrice générale Florence Leveel explique à L'Usine Digitale comment l'entreprise entend passer d'un calculateur d'itinéraires et de comparateur multimodal à un acteur du MaaS (Mobility as a Service).

mis à jour le 22 février 2019 à 10H25
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Comment Mappy veut devenir un acteur du MaaS sous l'impulsion de sa nouvelle directrice générale Florence Leveel
Comment Mappy veut devenir un acteur du MaaS sous l'impulsion de sa nouvelle directrice générale Florence Leveel © Mappy

Mappy, le spécialiste français du calcul d'itinéraires a une nouvelle directrice générale. Florence Leveel, dont la nomination a été annoncée lundi 18 février 2019, n'ambitionne pas de chambouler la stratégie de Mappy mais "d'accélérer son projet de transformation en un acteur du MaaS [Mobility as a Service, NDLR]", déclare-t-elle à L'Usine Digitale.

 

Des longues et courtes distances

Pour devenir un acteur du MaaS, il faut d'abord être une plate-forme multimodale. Cette première étape,  Mappy l'a franchie en 2016 avec son application mobile et l'année d'après sur son site Internet. Initialement conçu pour planifier les déplacements automobiles, Mappy a ajouté d'autres moyens de transport à sa solution de calcul d'itinéraires pour laisser le choix à l'utilisateur. Le Français a mis en place une politique de partenariats à cette époque afin de référencer plus facilement ces nouveaux modes de transports : OUI.sncf, BlaBlaCar, Ouibus… ont été parmi les premiers modes de transport à être référencés sur sa plate-forme.

 

"Ces dernières années, les équipes de Mappy ont réalisé un travail important afin d'intégrer les courtes distances au calcul d'itinéraires", ajoute Florence Leveel. Vélos, taxis et transports en commun sont notamment présents sur la plateforme qui devrait "prochainement" proposer des itinéraires en trottinette. Mais contrairement à certains concurrents, Mappy ne se focalise pas uniquement sur les grandes villes françaises et traite des trajets courte et longue distances. "Sa vision large le positionne comme un acteur majeur de la mobilité en France", précise Florence Leveel.

 

des abonnements ou des tickets à l'unité ?

La prochaine étape pour devenir un acteur du MaaS ? Ajouter des systèmes de billettique et de paiement, mais la nouvelle directrice générale ne donne pas de date pour le lancement de ces fonctionnalités. Quant à la question de savoir si ce système de billettique prendra la forme d'un abonnement - comme ce qu'a lancé son concurrent Citymapper à Londres ou ce que propose MaaS Global avec son app Whim à Helsinki - ou d'un paiement du titre de transport à l'unité, elle répond que "les deux modèles sont compatibles".

 

Florence Leveel juge toutefois que ni le marché ni les utilisateurs ne sont aujourd'hui suffisamment matures pour entrer dans une vraie logique d'un abonnement MaaS. Elle pense qu'il y a encore "quelques années avant de voir l'abonnement sur le multimodale éclore totalement".

 

Une stratégie de partenariats

Mappy souhaite ajouter progressivement ces solutions de paiement et de billettique au gré des partenariats. Bien que tous les acteurs de la mobilité ne soient pas forcément réceptifs à intégrer leur solution de billettique sur d'autres plates-formes, "l'évolution vers des partenariats semble inéluctable", analyse Florence Leveel. En effet, si à chaque mode de transport correspond une application, vu le foisonnement actuel des acteurs dans le domaine de la mobilité, cela risque de devenir compliqué pour les utilisateurs.
 

La formation d'un écosystème est nécessaire à l'éclosion d'applications de MaaS. Sur ce sujet, Florence Leveel précise seulement être en "négociation avec plusieurs acteurs" dont des collectivités locales et des opérateurs de transport. La formation de collaborations n'empêche pas les partenaires de lancer leurs propres application de MaaS, au contraire. Au final, tous ces acteurs pourront se différencier en développant une interface utilisateurs fluide et personnalisée.

 

Mappy, qui intègre 13 modes de transport, revendique 11 millions de visiteurs uniques. Et le Français est convaincu d'avoir sa place sur le marché naissant du MaaS que ce soit face aux concurrents spécialisés dans le calcul d'itinéraire Google Map, Here ou Citymapper et face aux opérateurs de transport comme la RATP et Transdev qui lancent leurs propres solutions. Finalement, son principal concurrent sera peut-être Oui.sncf avec son assistant personnel de mobilité ?

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale