Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Comment McCain Foods se prépare au big data

Étude de cas Le fabricant canadien de frites surgelées McCain Foods réorganise ses données pour les rendre accessibles plus rapidement par les métiers. A la clé, l’accélération des processus de décision et l’optimisation du business. La prochaine étape est de passer au big data.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Comment McCain Foods se prépare au big data
Comment McCain Foods se prépare au big data © D.R.

"La pomme de terre est notre matière première. Mais c’est la data qui constitue notre principal actif. C’est en exploitant ce capital que McCain Foods est passé d’une petite société familiale canadienne à une multinationale des frites surgelés présente aujourd’hui dans 160 pays." C’est ainsi que Lennie Colborne, manager analytique, voit le secret de la réussite de l'entreprise agroalimentaire.

 

Des tableaux de bord rafraichis toutes les 10 à 15 minutes

Le fabricant canadien de frites et autres plats surgelés à base de pomme de terre (17 000 personnes et 5,6 milliards d'euros de chiffre d’affaires) produit beaucoup de données aux différentes étapes de son activité : matières premières, équipements de production, procédés industriels, distribution et clients. Dans les usines, le marketing, les achats ou les ventes, près de 3000 collaborateurs fondent leurs décisions au jour le jour sur l’analyse de ces données. Ils disposent pour cela de tableaux de bord rafraichis toutes les 10 à 15 minutes. "Cela nous aide à comprendre le comportement des clients, suivre l’évolution des ventes ou identifier les problèmes d’approvisionnement chez les distributeurs, explique Lennie Colborne. Ainsi, nous pouvons ajuster les prix en conséquence ou adapter notre logistique pour répondre à la demande en distribution. Sans cela, il nous serait difficile de rester compétitifs."

 

L’enjeu pour McCain est d’extraire les données pertinentes du système de gestion de l’entreprise pour leur analyse et leur présentation sous la forme de tableaux de bord métiers faciles à lire et à utiliser. Des conditions aujourd’hui remplies par la mise en place d’un entrepôt de données moderne fourni par Teradata. Selon les métiers, la création de tableaux de bords sont générés par les logiciels d’analyse, de visualisation et d’exploration de données de Microstrategy ou SAP.

 

1 seul entrepôt de données au lieu de 37 auparavant

Auparavant, les données étaient réparties sur pas moins de 37 entrepôts distincts. Pour en extraire les données nécessaires aux différents métiers et les transférer vers les différents systèmes de reporting, il fallait 24 à 48 heures. Maintenant, elles sont accessibles en temps réel, localement et indépendamment les unes des autres. Les responsables métiers peuvent les utiliser à la demande pour le suivi et l’optimisation de leur business.

 

En production, tout le monde partage les indicateurs des 41 usines du groupe dans le monde : tonnage produit, qualité, rendement, température, etc. Chacun peut ainsi savoir où  il se situe dans l’échelle de performances et les progrès qui lui restent à réaliser pour se mettre au niveau des sites les plus performants.

 

McCain au milieu du chemin

"Nous sommes très fiers des résultats accomplis dans l’exploitation de la data, mais nous ne sommes qu’au milieu du chemin, affirme Lennie Colborne. Pour être honnête, nous ne sommes pas arrivés encore au stade du big data. Mais c’est là que nous voulons aller. Avec toujours le même objectif : offrir au consommateur la meilleure frite au monde."

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

1 commentaire

Hemma
04/12/2015 12h55 - Hemma

Le partage de tableaux de bord par tous les acteurs et leur mise à jour en temps réel est bien l'un des principes des plateformes collaboratives au services des industries agroalimentaires telles que celle proposée ici par Teradata, ou SAP ou encore Lascom CPG

Répondre au commentaire | Signaler un abus