Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Comment Navya veut s'imposer sur tous les fronts du véhicule autonome

Sophie Desormière, la nouvelle présidente du directoire de Navya, va devoir poursuivre la stratégie de commercialisation mise en place par le spécialiste des navettes autonomes. Il cherche à embarquer sa technologie sur un maximum de véhicules et à commercialiser des services annexes allant de la gestion de flotte à la maintenance.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Comment Navya veut s'imposer sur tous les fronts du véhicule autonome
Comment Navya veut s'imposer sur tous les fronts du véhicule autonome © Navya

Navya, qui a réalisé un chiffre d'affaires de 10,2 millions d'euros en 2021, poursuit sa stratégie. L'objectif : commercialiser ses technologies autour du véhicule autonome auprès d'industriels et de partenaires. Allant dans ce sens, le fabricant de navettes autonomes a nommé en janvier 2022 sa nouvelle CEO. Sophie Desormière a pris en main ce poste après quelques mois de remous à la suite des départs de son fondateur, Christophe Sapet, fin 2018, et du président du directoire, Etienne Hermite, en juin 2021.

17 années passées dans l'industrie automobile
Sophie Desormière a une formation d'ingénieure. Elle a passé 17 années dans l'industrie automobile chez l'équipementier Valeo qui est un actionnaire historique de Navya et un partenaire de l'entreprise pour la partie hardware. De ces années, elle évoque "des fonctions très terrain liées à l'industrialisation et au passage à l'échelle". Deux points essentiels sur lesquels Navya doit mettre l'accent.

Chez Valeo, Sophie Desormière a passé ses dernières années sur les programmes de transformation de l'entreprise dans trois domaines : les systèmes avancés d'aide à la conduite (ADAS) ; l'amélioration de l'efficacité de la propulsion avec comme objectif d'amener sur le marché des solutions en adéquation avec la réglementation ; et l'amélioration du confort à bord (interface homme – machine, etc.). Ce dernier sujet résonne avec les recherches de Navya autour de l'opérateur de sécurité et de l'ergonomie des postes de supervision. Les autres thématiques abordées par Sophie Desormière sont également des points de développements essentiels pour le lyonnais.

Enfin, Sophie Desormière est passée chez Solvay en tant que directrice marketing et ventes puis, elle a dirigé un fonds d'investissement autour des technologies hydrogène.

200 navettes en circulation
Arrivée chez Navya, la nouvelle présidente du directoire va devoir mettre l'accent sur le déploiement de solutions commerciales alors que l'entreprise a multiplié, au cours des dernières années, les expérimentations de ses navettes autonomes. Aujourd'hui ce sont 200 navettes qui circulent dans 25 pays. "Navya est très tourné vers les cas d'usage", assure Sophie Desormière. L'idée est de comprendre les usages qui peuvent être faits d'une navette ou les besoins particuliers dans une ville. Les navettes en circulation collectent de nombreuses données qui viennent enrichir les logiciels de l'entreprise.

Le marché des véhicules autonomes, et plus particulièrement des navettes, est en croissance. Si Navya a créé sa propre navette (du design à la circulation en passant par l'homologation), c'est notamment parce que ce type de véhicule n'existait pas forcément. Mais le but est désormais d'intégrer sa technologie à d'autres véhicules.

Une stratégie tournée vers les partenariats
Afin de l'aider à passer à l'étape suivante, Navya a récemment annoncé un partenariat avec Bluebus dont l'objectif est d'équiper un bus de sa plateforme de conduite autonome. Sophie Desormière ajoute qu'une relation avec "un très grand constructeur automobile" a également été nouée afin de mettre au point une plateforme de conduite autonome de niveau 4 SAE pour équiper des bus. Elle assure que ce mode de transport est la prochaine génération de véhicules autonomes pour Navya. Des bus qui pourront être complétés avec des navettes pouvant accueillir une quinzaine de personnes.

S'inscrivant dans cette stratégie visant à multiplier les véhicules embarquant sa technologie, Navya a créé une coentreprise avec Charlatte pour commercialiser des tracteurs autonomes destinés à la logistique et au transport de bagages dans les aéroports. Les technologies embarquées sur ces appareils sont les mêmes que celles présentes dans les navettes autonomes. Mais cela permet à Navya de s'ouvrir de nouveaux marchés. L'aéroport de Toulouse Blagnac a déjà été séduit.

Une appli pour le suivi des véhicules ?
Navya poursuit par ailleurs sa stratégie de diversification visant à commercialiser un maximum de technologies relatives à la conduite autonome. Par exemple, l'entreprise propose des services de gestion de flottes, mais également d'assistance (maintenance et réparation). Au niveau de la gestion de flotte, Navya va montrer à l'occasion du salon Autonomy, qui se tient à Paris les 16 et 17 mars, des opérations de supervision d'une flotte de navettes autonomes à distance.

Enfin, une réflexion est actuellement menée sur le développement d'une application permettant de suivre le parcours des véhicules autonomes. Ce projet semble encore à ses débuts. Développement interne ou acquisition d'une technologie existante, très peu d'informations sont pour l'instant données.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.