Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Comment Newdeal entend ubériser le marché des leads commerciaux inexploités

La start-up nantaise NewDeal lance une plateforme permettant aux professionnels de l’IT de valoriser les informations commerciales qu’ils n’utilisent pas. Voici comment.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Comment Newdeal entend ubériser le marché des leads commerciaux inexploités
Arnault Hugues, Thomas Spanier et Alban Dumont, co-fondateurs de Newdeal. © Newdeal

Le 2 mars 2017, Newdeal ouvrira sa plateforme dédiée à la collecte et la monétisation d’informations commerciales qualifiées. Et sur ce marché, où sont déjà positionnées des sociétés de téléprospection, la start-up nantaise entend se différencier. "Par rapport à nos concurrents, les leads que nous référençons ne sont pas datés de plusieurs mois. La plateforme permet, en une minute sur un mobile, aux professionnels et commerciaux de publier anonymement les leads qualifiés qu’ils ne peuvent pas utiliser pour leur propre activité", résume Thomas Spanier, co-fondateur de Newdeal avec Alban Dumont. Les deux jeunes commerciaux se sont associés à Arnault Hugues, directeur général de l’intégrateur Evea Technology chez qui ils se sont rencontrés.

 

Fraicheur et exclusivité

Outre la fraicheur des informations, Newdeal garantit leur exclusivité : chaque lead ne peut-être acheté qu’une seule fois. Mais la start-up entend aussi se démarquer sur le prix de revente. "Globalement, nous sommes trois à quatre fois moins cher que le marché actuel. En moyenne, un lead est vendu 55€. Le prix est déterminé en fonction du type de lead - matériel, logiciel ou service -  et du budget du client", détaille le jeune entrepreneur.

 

Le modèle économique

Alors que d’autres start-up concurrentes comme le lillois Myleadcorner rémunèrent aussi le contributeur en cadeaux de valeur, les rétributions de Newdeal sont uniquement en espèces. "En moyenne, la rétribution est de 30 €. Cette somme peut être virée sur un compte ou réutilisée sur notre plateforme pour acheter des leads. Cela permet aux start-up, aux PME et apporteurs d’affaires n’ayant pas de budget dédié de pouvoir investir dans ce type d’achats", indique Thomas Spanier, aujourd’hui seul associé actif au sein de Newdeal.

 

Les ambitions de Newdeal

Les trois entrepreneurs ont investi 100 k€ dans le lancement de Newdeal. S’ils s’intéressent, dans un premier temps, au secteur de l’IT dans la région Ouest, leurs ambitions sont claires : "L’objectif est de s’étendre rapidement à l’échelle nationale, puis de s’ouvrir dès 2018 à d’autres secteurs comme l’automobile et l’assurance." Sur 2017, Newdeal vise un chiffre d’affaires de 200 k€ et d’1,6 M€ en 2018. Le recrutement d’un modérateur et un community manager est prévu dès 2017. Pour accélérer, la start-up entend également s’engager à moyen terme dans une levée de fonds.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale