Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Comment Nissan veut augmenter le standing de ses véhicules grâce aux nouvelles technologies

Nissan veut changer de trajectoire. Le constructeur automobile développe de nombreuses technologies autour de la conduite autonome, des véhicules connectés et de l'émergence de nouveaux services pour les conducteurs. Des technologies grâce auxquelles Nissan entend proposer des voitures plus haut de gamme.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Comment Nissan veut augmenter le standing de ses véhicules grâce aux nouvelles technologies
Le concept car Ariya présenté au salon auto de Tokyo sera décliné en un modèle de série. © Nissan

Nissan serait-il en train de changer d'ère ? C'est en tout cas ce que répètent les responsables du constructeur automobile. Le Japonais, qui souhaite aussi faire oublier l'affaire Carlos Ghosn, semble vouloir augmenter le standing de ses véhicules en y embarquant plus de technologies à bord. Le concept car Ariya, présenté au salon automobile de Tokyo, devrait être la vitrine de ce changement. Ce crossover électrique, qui aura droit à une version de série proche de ce qui est présenté avec le concept car, sera notamment doté du système d'aide à la conduite ProPILOT 2.0.

 

Commercialiser 1 million de ProPILOT par an d'ici 2022

ProPILOT 2.0, qui est commercialisé avec la Skyline (ou Infiniti Q50 en France), fait suite à une première version qui équipe notamment la Leaf. Aujourd'hui, "ce sont 350 000 véhicules qui circulent avec ce système d'aide à la conduite", déclare Roel De Vries, Global Head of Marketing et Brand Strategy chez Nissan. Et le constructeur espère vendre "1 million de systèmes d'aide à la conduite par an d'ici à 2022", ajoute Ivan Espinosa, Global Product Strategy et Product Planning chez Nissan. Ce sont autant de données qui remontent auprès du constructeur et lui permettent et d'améliorer sa technologie.

 

Avec ProPILOT 2.0, le conducteur n'a pas besoin d'avoir les mains sur le volant, mais doit garder les yeux sur la route. Une subtilité liée à la réglementation japonaise. A l'inverse, en Europe, les conducteurs doivent garder les mains sur le volant mais pas forcément avoir les yeux rivés sur la route. Pour faire fonctionner ProPILOT 2.0, il faut entrer au préalable sa destination dans le système de navigation du véhicule.

 

Pas besoin de Lidar pour ProPILOT

Cette technologie, disponible sur les voies rapides, maintient le véhicule au centre de la voie tout en conservant la distance de sécurité avec le véhicule devant lui et en respectant la vitesse définie par le conducteur. Lors des dépassements, changements de file et prise de sortie, ProPILOT 2.0 gère vitesse, direction et distances de sécurité du véhicule. Lorsque le véhicule s'approche d'un embranchement ou qu'il est possible de doubler, il calcule le meilleur moment pour tourner ou dépasser et notifie le conducteur par des signaux visuels et sonore. Ce dernier doit alors poser les mains sur le volant et autoriser ou non l'action.

 

Le système fonctionne à l'aide d'une cartographie 3D régulièrement mise à jour ainsi que des données provenant de 7 caméras et 12 sonars équipant le véhicule. La localisation du véhicule sur la route est précise à 1 mètre près longitudinalement et 5 cm latéralement. Pour l'instant, aucun Lidar n'est nécessaire au fonctionnement du système, mais cela pourrait évoluer à l'avenir.

 

La technologie Invisible-to-Visible (I2V)

La technologie Invisible-to-Visible (I2V), présentée par Nissan en janvier 2019 à l'occasion du CES de Las Vegas, aide les occupants du véhicule à voir ce qui leur est normalement invisible pour permettre une conduite plus sûre et mieux anticipée. Les informations captées dans le monde réel, que ce soit à l'intérieur ou à l'extérieur du véhicule, sont recoupées avec des informations issues du monde virtuel afin d'aider le conducteur à voir ce qui se passe plus loin sur la route et à déterminer des itinéraires alternatifs le cas échéant.

 

S'il le souhaite, le conducteur peut aussi bénéficier d'un avatar 3D en réalité augmentée. Il peut se connecter au "Metaverse", un monde virtuel dans lequel il peut interagir avec d'autres avatars. Et des proches peuvent également apparaître dans la voiture en réalité augmentée sous la forme d'avatars 3D, ce qui facilite les interactions avec le conducteur et autres personnes présentes dans le véhicule.

 

Développement de services

Les véhicules connectés permettent aux constructeurs automobiles de proposer tout un tas de nouveaux services. Nissan souhaite développer de tels services, qu'il juge essentiels pour les marques premium. Pour commencer, l'Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi a conclu un partenariat avec Google qui permettra aux membres de l'Alliance d'équiper leurs véhicules du système d'exploitation Android à partir de 2021 et de bénéficier de l'écosystème applicatif de Google, qui inclut entre autres Google Maps, Google Assistant et le Google Play Store.

 

Nissan souhaite aussi proposer d'autres services comme la continuité de certaines applications entre le smartphone et le véhicule. Par exemple, si une adresse est cherchée sur un smartphone il faut que l'itinéraire puisse être directement inséré sur le système de navigation du véhicule quand le conducteur embarque. Nissan développe aussi une application pour les personnes partant à plusieurs en voiture : le but est de pouvoir visualiser et partager via cette application les différents lieux que les personnes souhaitent visiter et les itinéraires. Rien de révolutionnaire mais un service en plus qui cherche à faciliter la vie des conducteurs.

 

 

Bientôt de la réalité augmentée ?

Le constructeur japonais travaille aussi sur les interactions homme machine : grâce à une caméra située dans le cockpit, le conducteur peut interagir à l'aide de gestes de la main avec le système du véhicule. Nissan effectue aussi des recherches sur un service de réalité augmenté baptisé "Semi-mixed reality display". L'idée est d'afficher des informations en réalité augmentée sur le pare-brise du véhicule, comme la présence d'une ambulance ou la direction qu'il faut suivre. Nissan ne précise pas quand cette technologie sera commercialisée.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media