Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Comment Volkswagen mise sur l'impression 3D pour réaliser les prototypes les plus réalistes possibles

Le constructeur allemand Volkswagen a acquis deux imprimantes 3D industrielles Stratasys pour pouvoir réaliser des prototypes en couleurs et de différentes matières. L'objectif est de réduire les délais et les coûts, mais pas encore de construire des pièces en série.    
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Comment Volkswagen mise sur l'impression 3D pour réaliser les prototypes les plus réalistes possibles
Comment Volkswagen mise sur l'impression 3D pour réaliser les prototypes les plus réalistes possibles © Stratasys

Volkswagen annonce s'être équipé de deux imprimantes J850 Stratasys. Installées dans le centre de préséries, elles sont destinées à la phase de conception des produits du constructeur automobile allemand pour réaliser "un large éventail de prototypes", précise le communiqué de l'entreprise américaine spécialisée dans la fabrication additive. Les machines ne sont donc pas dédiées à la production en série des pièces des véhicules.

Une imprimante couleur et multi-matériaux
L'imprimante J850 de Stratasys prend en charge 7 matériaux et un vaste de gamme de combinaison de couleurs, de transparence et de niveau de flexibilités. Lancée en 2019, elle offre un volume d’impression de 490 x 390 x 200 mm.

Stratasys affirme également que sa machine peut réduire le temps de modélisation global jusqu'à 50% par rapport à la modélisation traditionnelle, à un coût nettement inférieur. Ainsi, Volkswagen pourra prototyper des pièces aussi bien pour l'extérieur des véhicules que pour l'intérieur avec "une précision de 99%" et beaucoup plus rapidement, promet l'entreprise américaine.

Imprimer des pièces dans différentes textures
Pour l'intérieur des voitures, l'équipe du centre de préséries pourra imprimer des pièces ayant des textures de surface différentes, tel que le cuir, le bois ou encore le tissu. Grâce au matériau VeroUltraClear, le géant allemand pourra également reproduire une transparence élevée similaire au verre. Une fonctionnalité intéressante pour prototyper par exemple les phares d'une voiture.

Volkswagen utilise déjà la fabrication additive. En septembre 2018, le constructeur annonçait l'intégration de l'impression 3D dans la fabrication de pièces métalliques grâce à la technologie Metal Jet d'HP. Pour l'instant, il l'utilise uniquement pour les petites pièces personnalisées.

Le prototypage reste l'usage principal
Volkswagen n'est pas le seul constructeur automobile à s'intéresser à la fabrication additive. En effet, le prototypage via l'impression 3D permet de réduire les délais et les coûts. Ainsi, Porsche a annoncé en mars 2020 le lancement d'un nouveau concept de sièges baquets imprimés en 3D. Les acheteurs peuvent ainsi choisir le niveau de fermeté des sièges.

Dans l'industrie automobile, comme dans la majorité des secteurs, le prototypage reste l'usage principal de l'impression 3D. D'après une étude menée par Sculpteo auprès de 1 300 utilisateurs, le prototypage et la preuve de concept (POC) représentent l'usage principal des imprimantes 3D pour plus de 60% des personnes interrogées.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.