Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Conception digitale de l'année : Airbus applique le PLM intégral à l'A350

Airbus a remporté le prix "conception digitale" de l'année pour avoir mis en place un PLM global pour le projet A350. Cette récompense est attribuée à un projet qui change la manière de développer de nouveaux produits ou services avec une meilleure productivité et une rentabilité accrue. 
mis à jour le 16 octobre 2014 à 20H16
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Conception digitale de l'année : Airbus applique le PLM intégral à l'A350
Conception digitale de l'année : Airbus applique le PLM intégral à l'A350 © D.R.

"Cet outil est déterminant dans le succès de l’A350." Jean-Pierre Alquier, 52 ans, n’est pas avare de paroles pour vanter le PLM du nouveau gros-porteur du groupe, "unique dans l’histoire d’Airbus".

Le Déclic

"Avec l'A350, Airbus veut créer une rupture en termes de modèle industriel novateur et de planning de production."
Jean-Pierre Alquier, responsable PLM A350 chez Airbus

Derrière l’acronyme se cache une solution de "gestion du cycle de vie des produits", soit une plate-forme répertoriant la moindre pièce de l’appareil en 3D, partagée avec les partenaires et les sous-traitants d’Airbus. Contrairement au précédent programme, l’A380, l’outil est mis à jour en quasi-temps réel. Un défi lorsque l’on sait qu’environ un million de pièces sont enregistrées !

Ce système sur lequel repose la maquette numérique donne forme au concept d’entreprise étendue : chaque jour, plus de 10 000 utilisateurs se connectent à la plate-forme. Jean-Pierre Alquier, qui a fait l’essentiel de sa carrière chez l’avionneur européen, est à la tête de la solution PLM de l’A350 depuis 2009.

"En concertation avec les équipes et l’engineering, je veille à ce que les performances du système soient au rendez-vous et que le PLM assure les objectifs de délais", explique-t-il. Des enjeux financiers colossaux reposent sur l’outil. In fine, ce système a réduit les cycles de conception et validation de six mois par rapport à l’A330. Et la non-conformité des pièces à l’entrée de la chaîne d’assemblage a été réduite de 80% par rapport à l’A380.

Olivier James

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale