Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Conçu par le MIT, ce robot inspiré des plantes peut se faufiler partout et porter des charges lourdes

Vidéo Des ingénieurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT) se sont inspirés des plantes pour mettre au point un robot à la structure flexible, capable aussi bien de se faufiler dans des zones confinées que de porter des charges lourdes. Idéal pour manier des outils.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Conçu par le MIT, ce robot inspiré des plantes peut se faufiler partout et porter des charges lourdes
Conçu par le MIT, ce robot inspiré des plantes peut se faufiler partout et porter des charges lourdes © MIT

C’est une énième preuve des avantages offerts par le biomimétisme en matière de robotique. Des chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT) ont développé un robot capable de s’étendre à la manière d’une plante qui pousse. Présentée au cours de la Conférence internationale sur les robots et systèmes intelligents, qui se tient du 4 au 8 novembre 2019 à Macao (Chine), l’invention vise à combler un défaut redondant des machines souples actuelles. Si ces dernières peuvent déjà se faufiler dans des zones confinées, à l’inverse des machines rigides, elles sont souvent trop peu solides pour porter des charges.

 

PRÊT à L’EMPLOI

Les ingénieurs disent s’être inspirés de la manière dont les plants acheminent les nutriments à leur extrémité, jusqu’à créer une tige. Concrètement, la structure du robot élaboré par le MIT ressemble à des chaînes de vélo. Les maillons, imprimés en 3D, sont libérés au fur et à mesure pour permettre à ce dernier de "grandir". Fabriqué dans des matériaux rigides qui lui confèrent une grande solidité, il est donc paradoxalement doté d’une certaine flexibilité. Il serait techniquement capable de s’adapter à, à peu près, n’importe quelle configuration spatiale… ou n’importe quelle tâche requérant l’usage d’outils.

 

 

Selon les cas d’usage qu’il sera amené à servir, la machine peut être programmée de manière à ce que certains maillons de la chaîne restent fixes. "Elle peut être bloquée à différents endroits pour lui donner divers mouvements et angles d’actions", souligne Tongxi Yan, responsable de l’équipe du MIT.

 

Pensé dès le départ pour entrer en application, le robot pourrait, selon lui, être particulièrement utile pour les industries de l’aérospatial ou de l’automobile. "On pourrait le programmer pour se rendre dans les turbines d’un avion et resserrer des boulons, sans rien n’avoir à démonter, ou pour faire le plein d’essence à votre place", imagine ainsi Emily Kamienski, ingénieure ayant participé au projet.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale