Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Coup d’envoi de l’intégration Dell-EMC en France

Après la finalisation de la fusion entre Dell et EMC, les deux entités en France engagent le processus de rapprochement. Un travail qui devrait aboutir à la création d’une direction unifiée en février 2017.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Coup d’envoi de l’intégration Dell-EMC en France
Anwar Dahab, directeur général de Dell France.

Dans la foulée de la finalisation de la fusion de Dell et EMC, le 7 septembre 2016, les filiales des deux groupes en France ont engagé le processus de rapprochement. "Sur le plan juridique, nous restons encore deux entités distinctes avec chacune sa direction, explique Anwar Dahab, directeur général de Dell France. Mais nous travaillons déjà pour coordonner nos actions commerciales et favoriser les synergies entre les deux sociétés. Les équipes commerciales de Dell seront amenées à vendre aussi les solutions de stockage et les logiciels d’EMC, et celles d’EMC à en faire de même pour les serveurs, équipements réseaux et PC de Dell."

 

Guichet unique pour l'équipement de datecenters

L’ensemble Dell-EMC représente en France 2200 personnes : 1500 de Dell et 700 d’EMC. En tant que filiales de groupes américains, elles ne publient pas leurs résultats. Mais leur chiffre d’affaires combiné peut être estimé à 1,6 milliard d'euros en 2015. "Les synergies entre les deux sociétés nous offrent un potentiel de croissance de 8 à 10%, estime Christian Hiller, président d’EMC France. A partir du 1er octobre 2016, nous allons travailler ensemble pour proposer aux clients un guichet unique pour l’ensemble de leurs besoins d’équipement de datacenters." Une position qui pourrait toutefois heurter certains gros clients, qui se fournissent aujourd’hui chez Dell et EMC, et qui ne souhaitent pas dépendre demain d’un seul fournisseur.

 

Pour proposer une offre complète, EMC, qui se concentre sur le stockage de données, s’associait jusqu’ici à des partenaires comme Lenovo dans les serveurs ou Cisco dans les équipements de réseaux. "Nous allons désormais privilégier Dell même si nous comptons garder aussi nos partenaires, note Christian Hiller. Nous avons une opportunité extraordinaire devant nous. Le marché ne fait plus de distinction entre stockage et calcul. La convergence entre les deux est une réalité. Et le matériel tend à se standardiser et à se banaliser. Notre fusion nous donne l’effet de masse nécessaire pour rester compétitif sur le marché et continuer à investir assez en R&D."

 

Quel Impact social ?

Une équipe commune au nom "Value Creation" a été montée pour mener le travail d’intégration. Elle planche sur 13 chantiers : marketing, informatique, ressources humaines, politique salariale, services généraux, etc. Son travail est suivi de près par un comité de pilotage codirigé par Anwar Dahab et Christian Hiller. Si l’unification juridique va prendre du temps, celle de la direction devrait intervenir au 1er février 2017. Anwar Dahab est appelé à prendre la direction de l’activité terminaux en Europe du Sud, Afrique et Moyen-Orient. Christian Hiller pourrait prendre la tête du nouvel ensemble, ce que l’intéressé ne confirme pas à ce stade. "L’intégration totale va prendre plus de temps, entre un an et demi et deux ans", prévoit Anwar Dahab.

 

Faut-il craindre un impact social ? Selon Bloomberg, Dell envisage de supprimer 2000 à 3000 postes sur un total de 140 000 dans le monde. "Il y aura peut-être des doublons de postes, s’interroge Christian Hiller. Mais à ce stade, nous n’avons pas de plan de suppression d’emplois. Michael Dell nous a assignés un objectif de croissance et de gain des parts de marché, et non de réduction des coûts."

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale