Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Covid-19 : Ericsson redoute des retards considérables dans le déploiement de la 5G en Europe

Si Ericsson se considère à l'abri des effets de la crise sanitaire à long terme, l’équipementier suédois constate néanmoins un ralentissement des investissements en matière de 5G en Europe. Une situation que la firme juge préjudiciable pour l’économie du Vieux continent.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Covid-19 : Ericsson redoute des retards considérables dans le déploiement de la 5G en Europe
Covid-19 : Ericsson redoute des retards considérables dans le déploiement de la 5G en Europe © Ericsson

Ericsson s’inquiète des effets de la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19, qui pourrait retarder le déploiement de la 5G en Europe. L’équipementier suédois a profité de la publication de ses résultats pour le premier trimestre, mercredi 22 avril 2020, pour enjoindre les gouvernements à "encourager l’investissement [dans cette technologie] pour relancer l’économie". La société dit néanmoins s’attendre à ne pas ressentir les effets de la crise à long terme, portée par ses marchés à l’international – elle bénéficie de l’interdiction de Huawei aux Etats-Unis.

 

DES INVESTISSEMENTS RÉDUITS EN EUROPE

"Alors que nous sommes en pleine consolidation de notre position en Europe, nous sommes inquiets que les investissements en matière de 5G soient retardés. Cela pourrait impliquer que l’Europe se fasse distancer sur le déploiement d’une infrastructure critique pour l’avenir. Or la 5G a une nouvelle fois prouvé son importance au cours de la pandémie", explique dans un communiqué Borje Ekholm, directeur général d’Ericsson, faisant référence à la télémédecine.

 

L’Europe n’est pas la seule à marquer le pas. Ericsson note une réduction des investissements sur les marchés sud-américains, chinois et indien. L’entreprise affiche néanmoins 86 contrats commerciaux avec les opérateurs télécoms à l’échelle mondiale et 19 réseaux sont déjà en service. La semaine dernière, le Britannique BT a notamment annoncé avoir porté son choix sur son matériel.

 

ERICSSON MISE SUR LE MARCHÉ AMÉRICAIN

Ericsson place ses espoirs sur les Etats-Unis, où il a pris l’avantage sur son concurrent finlandais Nokia. Verizon a fait le choix d’un matériel adapté aux ondes millimétriques (mmWaves), plus puissant mais plus coûteux – une aubaine pour Ericsson. AT&T fait également appel à lui, alors que la fusion engagée de T-Mobile et Sprint pourrait conduire à davantage d’investissements de la part de la nouvelle entité pour renforcer leur futur réseau. Cette dernière opération aura néanmoins un impact négatif sur les contrats de gestion de réseaux précédemment signés.

 

L’équipementier suédois s’est dit confiant dans le fait qu’il sortira "renforcé" de cette crise. Il indique "maintenir les investissements dans la R&D" et n’avoir "aucune raison de modifier les objectifs financier à l’horizon 2022", bien qu’il reconnaisse avoir des incertitudes au sujet de son volume de vente à court terme. Le chiffre d’affaires de la firme a augmenté de 2% début 2020 et s’établit à 4,55 milliards d’euros. Dans le même temps, ses bénéfices nets ont diminué pour atteindre 210 millions d’euros, soit 5% de moins que l’an dernier sur la même période.  

 

Pour rappel, la procédure d'attribution des fréquences 5G en France a été repoussée par l'Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse (Arcep) du fait de la pandémie de Covid-19. Le gendarme des télécoms a pour la première fois indiqué, dans son bulletin mensuel paru cette semaine, envisager la possibilité de les organiser à distance.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media