Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Covid-19 et tracing : Ce qu'a rappelé Thierry Breton à Tim Cook (Apple) sur le respect de la vie privée

Anonymat, volontariat, sécurité… Le commissaire européen au marché intérieur Thierry Breton s'est entretenu avec le CEO d'Apple Tim Cook à propos des applications de tracing pour lui rappeler l'importance de respecter les principes européens sur la protection de la vie privée. Apple développe actuellement avec Google un système de traçage commun à leurs écosystèmes de smartphones qui pourra servir de base aux différentes applications gouvernementales de pistage pour endiguer la pandémie de Covid-19.  
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Covid-19 et tracing : Ce qu'a rappelé Thierry Breton à Tim Cook (Apple) sur le respect de la vie privée
Covid-19 et tracing : Ce qu'a rappelé Thierry Breton à Tim Cook (Apple) sur le respect de la vie privée © Brian McGowan-Unsplash

Le commissaire européen au Marché intérieur Thierry Breton s'est entretenu avec le CEO d'Apple Tim Cook le 22 avril 2020 au soir par visioconférence pour parler des applications de "contrat tracing", dont l'objectif est d'identifier les chaînes de transmission du coronavirus SARS-CoV-2.

PROTÉGER LA VIE PRIVÉE
A l'issue de cet entretien, Thierry Breton a publié un tweet dans lequel il fait part de ce "très bon échange" avec le patron d'Apple, qui lui a permis de rappeler "la nécessité" de s'assurer que les principes européens sur la protection de la vie privée allaient être pleinement respectés par les futures applications de pistage. Parmi ces principes, on trouve l'anonymat, le volontariat, la transparence, le caractère temporaire et la sécurité.

 

 

Si Thierry Breton échange avec Tim Cook ce n'est pas par hasard. Le 10 avril 2020, Google et Apple ont annoncé un partenariat inédit pour la mise en œuvre d'un système de traçage commun à leurs écosystèmes de smartphones. Avec ce dispositif, les Etats peuvent développer des applications de tracing plus efficaces car assurant l'interopérabilité entre les smartphones Android et les iPhones. "Tim Cook m'a dit qu'une première version de la technologie qu'Apple prépare en partenariat avec Google sera disponible pour les développeurs le 28 avril, c'est essentiel pour qu'ils puissent travailler" a indiqué Thierry Breton aux Echos. Le commissaire européen précise néanmoins avoir "insisté auprès de Tim Cook sur la responsabilité des entreprises comme Apple de faire leur maximum pour développer des solutions techniques adaptées pour que les applications nationales fonctionnent".

Mais pour Thierry Breton, les choses doivent être très claires : "ce que l'on demande à Apple et Google, c'est de travailler sur l'interopérabilité entre les systèmes iOS et Android pour les applications de suivi de contacts et rien d'autre". En effet, le développement et le fonctionnement des outils de tracing doivent rester dans la main des Etats.

Point de discorde entre la France et Apple
En France, le développement de l'application StopCovid se heurte à une spécificité technique d'Apple. Auditionné par la commission des lois du Sénat, le secrétaire d'Etat au Numérique Cédric O a déclaré que l'entreprise américaine refusait d'autoriser l'usage du Bluetooth lorsque l'application n'est pas active pour des raisons de sécurité. Or StopCovid repose exclusivement sur le Bluetooth pour identifier les personnes qui ont été en contact les unes avec les autres. Cette problématique n'a pas été abordée lors de l'entretien. Thierry Breton estime en effet que "les considérations techniques doivent être réglées au niveau des Etats membres". De son côté, Google qui développe le système Android, se montrerait plus ouvert sur ces questions de Bluetooth, révèle Le Parisien.

De toute façon, il faudrait encore attendre un peu pour que StopCovid soit déployé. En effet, le 28 avril 2020 les députés sont appelés à voter pour ou contre cette application et l'issue du scrutin n'est pas évident. La Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) est également appelée à se prononcer. Là encore le résultat n'est pas connu d'avance car l'autorité protectrice de la vie privée a émis quelques doutes sur l'utilité même de l'application

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media