Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Covid-19 : Google et Apple renforcent la confidentialité de leur système de pistage

Quinze jours après avoir dévoilé leur partenariat, Google et Apple annoncent des mises à jour de leur système de pistage dont le but principal est de renforcer la confidentialité. Au menu : durée maximale de détection, chiffrement des identifiants, non monétisation des données… Des arguments qui n'ont pas convaincu la France qui refuse d'utiliser la future solution des entreprises américaines arguant de "la souveraineté technologique et sanitaire".  
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Covid-19 : Google et Apple renforcent la confidentialité de leur système de pistage
Covid-19 : Google et Apple renforcent la confidentialité de leur système de pistage © Gigi-Unsplash

Google et Apple ont dévoilé quelques mises à jour de leur système de pistage numérique dans une FAQ publiée le 24 avril 2020. 

Les deux entreprises technologiques avaient annoncé quelques semaines plus tôt un partenariat inédit pour la mise en œuvre d'une solution commune de traçage numérique des contacts entre les personnes via les smartphones. Dans un premier temps, elles travaillent sur une API permettant l'interopérabilité entre les smartphones Android et les iPhones, ce qui permettra aux États de mettre en place des applications plus efficaces car compatibles d'un écosystème à l'autre.

Risque de cyberattaque résolu
Google et Apple rappellent que leur dispositif ne repose pas sur l'utilisation des données de géolocalisation mais sur le Bluetooth pour prévenir une personne si elle a été en contact avec un malade. A l'origine, les utilisateurs se voyaient attribués un identifiant unique changeant toutes les 15 minutes. Problème : ces différents identifiants étaient dérivés d'une même clef initiale qui elle ne changeait pas. The Verge note que certains experts en cybersécurité s'inquiétaient de ce fonctionnement estimant qu'il était assez facile de remonter à cette unique chef à partir d'un des identifiants. Les deux entreprises ont donc modifié cet aspect et la clef est dorénavant entièrement renouvelée tous les jours.

Par ailleurs, Google et Apple fixent à 5 minutes minimum l'activation du système et à 30 minutes maximum son arrêt. Il reviendra ensuite aux autorités étatiques désireuses de se servir de ce système de définir la durée exacte qui se situera entre ces deux extrémités. Les deux entreprises précisent également qu'il reviendra aux organismes de chaque pays de définir ce qui constitue pour eux "un événement d'exposition" en définissant notamment la distance entre deux personnes. A noter que cette donnée diffère selon les Etats. La France préconise un mètre de distance tandis qu'en Allemagne, c'est un mètre et demi par exemple.


En outre, la FAQ contient des précisions sur l'absence de monétisation des données et sur l'accès aux informations par les différents acteurs. Google et Apple notent qu'ils n'auront pas accès aux informations échangées via le dispositif.


La France n'utilisera pas la plate-forme
Si le but de ces mises à jour est de rassurer les Etats, c'est peine perdue côté français. Dans une interview accordée au Journal du Dimanche (JDD) et publiée le 26 avril 2020, le secrétaire d'Etat chargé du Numérique Cédric O a annoncé que "la plate-forme proposée par Google et Apple" ne sera pas utilisée. "C’est une question de souveraineté sanitaire et technologique. StopCovid sera la seule application totalement intégrée dans la réponse sanitaire de l’État français. Cela ferme le débat", a-t-il déclaré.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media