Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Covid-19 : L'AP-HP, l'Inria et SFR collaborent pour faire de la surveillance épidémiologique

Vu ailleurs SFR va fournir les données mobiles liées au positionnement géographiques de ses clients à l'AP-HP et à l'Inria. L'objectif est d'affiner les modèles de prévision des afflux de patients attendus dans les hôpitaux parisiens et sur le reste du territoire. Pour sauvegarder la vie privée, les données sont anonymisées et agrégées.  
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Covid-19 : L'AP-HP, l'Inria et SFR collaborent pour faire de la surveillance épidémiologique
Covid-19 : L'AP-HP, l'Inria et SFR collaborent pour faire de la surveillance épidémiologique © Unsplash/Kate Trifo

SFR va fournir les données mobiles liées au positionnement géographiques de ses clients à l'Assistance publique-hôpitaux de Paris (AP-HP) et à l'Institut national de recherche en sciences et technologies du numérique (Inria). L'opérateur télécoms "leur a fourni plusieurs jeux de données permettant de mesurer et de représenter les déplacements entre l’Ile-de-France et les autres régions françaises sur le mois de mars", a révélé un porte-parole de SFR à L'Obs le 3 mars 2020.

Affiner les modèles de prévision

L'objectif est d'affiner les modèles de prévision des afflux de patients attendus dans les hôpitaux parisiens et sur le reste du territoire. Les données sont anonymisées et agrégées pour ne permettre "en aucune façon de localiser des individus, mais de connaître le nombre de personnes qui se sont déplacées sur le territoire français entre deux zones observées et à une date donnée", explique l'opérateur.

Ce dispositif est très semblable à celui mis en place entre Orange et l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). Une équipe de six chercheurs en épidémiologie utilise les données mobiles de deux manières. Dans un premier temps, les scientifiques vont analyser la mobilité avant et après le confinement. Dans un second temps, ils intégreront ces données dans des modèles de diffusion de la pandémie afin de mieux prévoir la propagation du virus.

Cantonné au domaine de la recherche

Pour l'instant, en France, l'analyse des données mobiles ne sort pas du cadre de la recherche. Le gouvernement a missionné un comité de chercheurs pour réfléchir à une future mise en place d'une application de "backtracking". Mais interrogé le 24 mars 2020 dans le cadre des questions au gouvernement, le ministre de la Santé et des Solidarités, Olivier Véran, s'est montré réticent envers ces dispositifs. Même son de cloche du côté de la ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche, Frédérique Vidal, qui affirme qu'"on en n'est pas encore là".

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media