Covid-19 : L'UE exhorte les plateformes en ligne à lutter contre les escroqueries

Didier Reynders, commissaire à la justice et à la protection des consommateurs, a rencontré 11 plateformes en ligne – dont Amazon, Facebook et Alibaba – pour leur demander de redoubler d'attention sur les escroqueries en lien avec la deuxième vague épidémique.

Partager
Covid-19 : L'UE exhorte les plateformes en ligne à lutter contre les escroqueries

La Commission européenne demande aux plateformes en ligne de redoubler d'attention à propos des nouvelles arnaques susceptibles d'apparaitre durant cette deuxième vague du Covid-19.

La promotion de produits miracles
Dans la ligne de mire des autorités européennes, des produits qui sont soi-disant capables de prévenir ou de guérir une infection par le SARS-CoV-2. En effet, des professionnels malhonnêtes vendent et font de la publicité pour des masques, des bonnets de protection et des solutions hydro-alcooliques pour les mains qu'ils présentent comme "miraculeux". Certains acteurs se servent également d'offres pour voler des adresses emails et des mots de passe.

"D'après notre expérience, nous savons que les arnaqueurs voient dans cette pandémie une occasion d'escroquer les consommateurs européens", a déclaré Didier Reynders, commissaire chargé de la justice et de la protection des consommateurs. Le haut fonctionnaire vient de rencontrer 11 plateformes – dont Amazon, Alibaba, Facebook, Rakuten, Microsoft et Google – qui ont déjà participé à un programme de lutte contre les escroqueries en ligne durant la première vague épidémique.

Les plateformes doivent se coordonner
"Aujourd'hui, j'ai encouragé les plateformes à unir leurs forces et à échanger entre elles pour renforcer encore leur action. Nous devons encore être plus réactifs au cours de la deuxième vague qui frappe actuellement l'Europe", a plaidé le commissaire européen dans un communiqué de presse.

Le 23 mars dernier, Didier Reynders a écrit à plusieurs plateformes, réseaux sociaux, moteurs de recherche et marketplaces pour leur demander de coopérer en vue de supprimer les escroqueries sur leurs plateformes. Au total, 11 plateformes ont répondu à cet appel et ont annoncé qu'elles avaient supprimé des centaines de millions d'offres et publicités illégales.

C'est la directive sur les pratiques commerciales déloyales qui interdit les pratiques qui consistent à tromper les consommateurs quant aux avantages ou aux résultats attendus de l’utilisation d’un produit; ou, pour un professionnel, à affirmer qu’un produit est capable de guérir une maladie ou qu'il n’est disponible que pour une durée très limitée lorsque cela n’est pas vrai.

Conformément à l'obligation de diligence professionnelle, les gestionnaires de plateformes actifs dans l'UE doivent prendre des mesures correctrices appropriées lorsqu’ils prennent connaissance d’une activité illégale sur leur site web.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS