Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Covid-19 : L'Union européenne expérimente son certificat sanitaire avec sept Etats membres

L'Union européenne vient de lancer sa plateforme technique permettant de vérifier les signatures numériques contenues dans les QR codes de tous les certificats sanitaires. La Bulgarie, la Tchéquie, le Danemark, l'Allemagne, la Grèce, la Croatie et la Pologne sont les premiers pays à se connecter à cette passerelle. Les autres Etats ont jusqu'au 1er juillet pour y adhérer. 
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Covid-19 : L'Union européenne expérimente son certificat sanitaire avec sept Etats membres
Covid-19 : L'Union européenne expérimente son certificat sanitaire avec sept Etats membres © Suganth/Unsplash

La Commission européenne a annoncé le 1er juin par voie de communiqué la mise en place du service passerelle pour le pass sanitaire avant la date prévue. Sept pays ont déjà annoncé se connecter à cette passerelle : la Bulgarie, la Tchéquie, le Danemark, l'Allemagne, la Grèce, la Croatie et la Pologne. 

Après un premier test le 10 mai dernier, ces sept Etats ont décidé de se connecter au service passerelle et ont donc commencé à délivrer les premiers certificats sanitaires européens. Les autres pays, dont la France fait partie, ont décidé de ne lancer le pass sanitaire que lorsque toutes les fonctions auront été déployées à l'échelle nationale. "Sept États membres, c'est un bon départ. J'encourage les autres États membres à leur emboîter le pas dès que possible", a déclaré Thierry Breton, commissaire chargé du marché intérieur.

Lire les pass sanitaires nationaux
Le service passerelle a été mis en place par T-Systems et SAP. Il est hébergé au data center de la Commission européenne à Luxembourg. Il permet de vérifier les certificats nationaux grâce à la lecture d'un QR code sans traitement des données personnelles. En d'autres termes, l'UE ne propose pas de certificat sanitaire mais une structure permettant l'interopérabilité entre chaque système national pour qu'une preuve de vaccination contre le Covid-19, un test PCR ou antigénique négatif ou encore une preuve d'immunité soit reconnu partout. L'objectif est de faciliter les déplacements.

Les clés de signature nécessaires à cette vérification sont stockées sur des serveurs au niveau national. Elles peuvent être consultées par des applications ou systèmes de vérification nationaux dans toute l'UE. La Commission européenne a également mis au point un logiciel de référence et des applications pour la délivrance, le stockage et la vérification des certificats. Ils sont publiés sur GitHub et actuellement utilisés par 12 Etats membres.

Un déploiement échelonné 
Cette passerelle a pu être mise en place à la suite d'un accord intervenu le 20 mai entre le Parlement européen et le Conseil au sujet du règlement régissant l'ossature technique du certificat. Ce texte doit entrer en vigueur le 1er juillet prochain avec une période d'introduction progressive de six semaines pour la délivrance de certificats pour les Etats ayant besoin d'un délai supplémentaire. En parallèle, Bruxelles continuera à fournir un appui technique et financier aux Etats membres pour qu'ils intègrent le service passerelle. 

En France, c'est l'application de contact tracing TousAntiCovid qui permet de stocker numériquement une preuve d'immunité, de vaccin ou de non infection. Cependant, les Français ne seront pas obligés d'utiliser cet outil puisqu'ils pourront présenter, lors de leurs déplacements, un certificat papier. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.