Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Covid-19 : Un consortium mise sur l'intelligence artificielle pour sortir plus vite du confinement

Un consortium d'experts médicaux et de data scientists bénévoles lancent le projet "CovidIA". Grâce à la création de modèles d'apprentissage automatique, ils promettent de sortir le plus rapidement possible du confinement. Ils demandent aux Français de volontairement transmettre leurs données personnelles (nom, sexe, âge, lieu d'habitation, contamination…) pour entraîner les réseaux de neurones. La forme que prendra l'outil final n'est pas encore connue.  
mis à jour le 08 avril 2020 à 02H15
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Covid-19 : Un consortium mise sur l'intelligence artificielle pour sortir plus vite du confinement
Covid-19 : Un consortium mise sur l'intelligence artificielle pour sortir plus vite du confinement © Victor He-Unsplash

"Reprendre une vie normale le plus rapidement possible". Voici l'objectif du projet "CovidIA" lancé le 4 avril 2020 par un consortium français d'experts médicaux et de data scientists bénévoles. Grâce à la création de modèles d'apprentissage automatique, ils promettent de rapidement sortir du confinement imposé par la crise sanitaire. 

"La France est à l'arrêt sur le plan économique. L'enjeu principal est de savoir comment déconfiner. C'est extrêmement complexe !", explique Alexandre Mignon, anesthésiste-réanimateur à l'hôpital Cochin à Paris et fondateur du projet, au micro d'Europe 1. Pour ce groupe d'experts, la seule stratégie qui permettra de sortir de façon certaine et rapidement du confinement repose sur l'utilisation de l'intelligence artificielle.

Transmettre volontairement des données

Les modèles informatiques exploiteront trois types de données : les données de géolocalisation, démographiques et médicales. Pour accéder à ces informations, CovidIA compte sur l'engagement des Français qui devront donner leur accord pour partager leurs données personnelles comme le nom, âge, sexe, lieu de vie, antécédents médicaux, contamination par le Covid-19… Les scientifiques comptent également sur les résultats de l'ensemble des tests de dépistage. "Nous allons faire un 'scan' de la population", schématise Alexandre Mignon.

Le résultat est double. D'une part, ces modèles pourront servir à comprendre comment le virus se propage, d'autre part, comment la pandémie va évoluer en fonction des plans de déconfinement. L'outil pourrait, par exemple, prendre la forme d'une application mobile où les personnes volontaires rentrent leurs données qui seront ensuite transmises au consortium pour entraîner les réseaux de neurones. C'est la start-up Ponicode qui est à l'œuvre sur le plan technique. Créée en 2019, cette jeune pousse parisienne s'est spécialisée dans la création d'outils pour faciliter le travail des développeurs.

Un projet à parfaire

Pour l'instant, CovidIA n'est encore qu'au stade de projet car il ne possède pas les données nécessaires pour démarrer la création de modèles informatiques. Il faut déjà que les Français acceptent de transmettre des informations parfois très privées, comme les antécédents médicaux. Le consortium affirme que toutes les données seront "anonymisées et agrégées" pour protéger la vie privée des participants au projet. Il faudra déterminer précisément et justifier la durée de conservation des données pour ne pas hors la loi. Le docteur Alexandre Mignon espère que la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) les aidera à rendre leur projet pleinement conforme.

La forme que prendra l'outil final n'est pas encore connue, mais CovidIA a déjà son site internet. On y trouve des informations sur le Covid-19, un rappel des gestes barrières, un décompte des décès et des cas de réanimation. Il est également possible d'adhérer au projet en tant que bénévole voire d'apporter un financement.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media