Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Crash de l'A400M : les boîtes noires pointent un problème d'installation logiciel

Le Crash de l'A400M d'Airbus le 9 mai en Espagne aurait été provoqué par un problème logiciel, affirme l'avionneur qui a eu accès aux premiers résultats de l’analyse des boîtes noires. L'installation du programme informatique contrôlant les moteurs, effectuée au cours de l'assemblage de l'appareil, n'aurait pas été réalisée correctement. 

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Crash de l'A400M : les boîtes noires pointent un problème d'installation logiciel
Crash de l'A400M : les boîtes noires pointent un problème d'installation logiciel © D.R. - EADS

Les boîtes noires de l’A400M qui s’est écrasé à Séville le 9 mai dernier, causant la mort de son équipage, ont enfin parlé. Le programme informatique de contrôle des moteurs aurait été mal installé lors de l'assemblage final de l'appareil, ce qui aurait conduit à une panne de moteurs puis au crash, écrit le quotidien allemand Handelsblatt dans un article daté du 29 mai. Selon Marwan Lahoud, directeur de la stratégie du groupe Airbus interrogé par le titre de presse, les analyses confirmeraient un "sérieux problème dans l’assemblage final."

Ce programme informatique est extrêmement complexe. A lui seul, il explique une bonne part des retards du programme A400M. Europrop International, le groupe de motoristes associant le français Safran, le britannique Rolls Royce, l’allemand MTU et l’espagnol ITP, a buté sur le développement et la certification de ce système numérique de contrôle du moteur, le FADEC (Full Automatic Digital Engine Control).

275 000 instructions

Celui de l’avion de transport militaire "comprend 275 000 instructions, contre 90 000 environ pour ceux de l'A380 et du Rafale. La complexité est accrue par la prise en compte de la régulation de l'hélice et des équipements nacelles", expliquait ainsi un rapport du Sénat en 2009 cherchant à comprendre les déboires du programme militaire.

Si l'hypothèse de ce problème de téléchargement logiciel se confirmait, la responsabilité de l’avionneur européen serait largement engagée. En effet, l’A400M est assemblé par ses équipes dans son usine de Séville, en Espagne. C’est de cette usine où il venait d’être assemblé qu’était parti l’exemplaire MSN 23 pour son premier vol d’essai avant de s’écraser quelques minutes après son décollage. Plusieurs armées avaient suspendu les vols après l’accident.

Hassan Meddah et Lélia de Matharel

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale