Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Cray construit le supercalculateur exaflopique le plus puissant au monde... avec des processeurs d'AMD

Cray remporte le contrat pour la construction de Frontier, un supercalculateur exaflopique de 1,5 exaflops, le projet de supercalculateur le plus puissant au monde à ce jour. Représentant un investissement d’environ 600 millions de dollars, il équipera en 2021 l’un des laboratoires du département américain à l’énergie. Il est motorisé par des processeurs d'AMD, et non d'Intel.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Cray construit le supercalculateur exaflopique le plus puissant au monde... avec des processeurs d'AMD
Frontier, le projet de supercalculateur exaflopique américain en construction par Cray © Oak Ridge National Laboratory

Encore un succès de Cray dans le calcul intensif. Le constructeur américain de supercalculateurs annonce travailler avec le département américain à l’énergie pour la construction de Frontier, une machine d’une puissance de calcul de 1,5 exaflops (1 exaflop équivaut à 1 milliard de milliards d’opérations en virgule flottante par seconde). Elle est destinée à être livrée en 2021 à l’Oak Ridge National Laboratory du département américain à l’énergie.

 

Bataille avec IBM

Il s’agit du projet de supercalculateur le plus ambitieux annoncé à ce jour dans le monde. Il représente un investissement d’environ 600 millions de dollars, le plus important jamais consenti dans la construction d’une seule machine de calcul intensif. Il conforte la position de Cray sur le marché émergent des supercalculateurs exflopiques face à son grand rival IBM.
 

Cray construit déjà Aurora, le premier supercalculateur exaflopique américain qui équipera en 2021 l’Argonne National Laboratory, à Chicago, du département américain à l’énergie. D’une puissance de calcul d’environ 1 exaflops, il représente un investissement de 500 millions de dollars.

 

Course entre les Etats-Unis et la Chine

Avec leur projet Frontier, Les Etats-Unis montrent leur détermination à gagner la course du calcul exaflopique face à la Chine qui a réalisé ces dernières années une montée spectaculaire dans ce domaine. La course comprend également le Japon et l’Union européenne. Les enjeux économiques, industriels et scientifiques son considérables, le calcul intensif étant considéré comme un levier stratégique d'innovation et de compétitivité.
 

Le supercalculateur le plus puissant au monde actuellement en service est le Summit américain qui équipe l’Oak Ridge National Laboratory. Construit par IBM, il affiche une puissance de calcul crête de 200 petaflops (1 petaflop vaut 1 million de milliards d’opérations en virgule flottante par seconde).

 

Retour d'AMD dans les serveurs

Comme Aurora, le futur supercalculateur Frontier s’appuie sur l’architecture de calcul Shasta de Cray. Il se distingue par l’utilisation de processeurs de calcul Epyc et accélérateurs graphiques Radeon d’AMD, alors que la plupart des supercalculateurs exaflopiques en projet privilégient les processeurs de calcul Xeon d’Intel et les accélérateurs graphiques de Nvidia. Ce projet démontre le retour en force d’AMD sur le marché des processeurs pour serveurs. Dans le Top 500, le classement des 500 supercalculateurs les plus puissants au monde publié en novembre 2018, AMD ne motorise que deux machines, contre 476 pour Intel.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media