Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Crédit Agricole Assurances lance (lui aussi) son appli santé, "CA Ma Santé"

Le Crédit Agricole Assurances présente son appli mobile "CA Ma Santé". Conçue pour répondre simplement aux interrogations de ses assurés, elle propose aussi d'accéder à des téléconsultations médicales. De nouvelles fonctionnalités seront également ajoutées au cours de l'année.
mis à jour le 24 janvier 2019 à 21H59
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Crédit Agricole Assurances lance (lui aussi) son appli santé, CA Ma Santé
Crédit Agricole Assurances lance (lui aussi) son appli santé, "CA Ma Santé" © DR

Le Crédit Agricole Assurances a lancé début janvier 2019 son application "CA Ma Santé".  L'assureur prend le contre-pied de son concurrent Axa qui a discrètement retiré son app "Mon Axa" des stores en septembre 2018 après quatre années de service. Mais le CA Assurances est sûr que son application répond à une réelle demande de ses clients. "Les gens sont perdus et se posent de nombreuses questions relatives à leur parcours de soin", déclare Pierre Guillocheau, directeur des assurances collectives de Crédit Agricole Assurances. Des questions auxquelles cette nouvelle application promet de répondre de manière simple.

 

Le CA s'est rapproché de Mondial Assistance pour la téléconsultation

"CA Ma Santé" est uniquement disponible pour l'ensemble des salariés assurés en santé collective. Le CA Assurances espère l'ouvrir aux contrats individuels en 2020. Sur l'app, il est possible de gérer de façon digitalisée son contrat d'assurance (accès aux remboursements, demande de prise en charge, accès à la carte de tiers payant…), d'accéder à des contenus santé comme les articles de Santé Magazine (revue appartenant au groupe) ou d'être accompagné dans son parcours de santé, de bénéficier d'informations et de programmes bien-être… Surtout, "CA Ma Santé" propose différents services comme la géolocalisation d'un professionnel de santé et l'accès à des téléconsultations médicales via Skype.

 

 

 

Les assurés peuvent bénéficier de 10 téléconsultations médicales remboursées par an via cette application. Le CA Assurances a préféré se rapprocher de son partenaire Mondial Assistance, et non pas d'une des nombreuses start-up se lançant dans ce domaine, pour avoir "un service sûr et sécurisé", précise Kevin Brunier, responsable des opérations assurances collectives Crédit Agricole Assurances. Mondial Assistance dispose de 80 médecins salariés joignables 7j/7. Mais avant d'accéder à un médecin, qui peut prescrire une ordonnance, le patient expose son problème à un infirmier qui décide ou non de le renvoyer vers un télé-médecin.

 

Chatbot, simulateur... De nouvelles fonctionnalités à venir

"Un chatbot va être mis en place et contextualisé en fonction de l'actualité ou des périodes de l'année", annonce également Pierre Guillocheau. Par exemple, de nombreuses questions sur la carte de tiers payant sont posées par les assurés à la rentrée et le chatbot sera programmé pour y répondre. Aucune date n'a été donnée sur la mise en service de ce chatbot.

 

Les équipes du Crédit Agricole Assurances développent aussi un système afin que les assurés puissent comprendre "les restes à charge" (les montants ni remboursés par la sécurité sociale ni par la mutuelle et dont ils doivent s'acquitter). Ce service devrait être disponible dans le courant de l'année, puisque ces restes à charges devraient évoluer en fonction du calendrier législatif. Le but est que les assurés puissent simuler le reste à charge en fonction de la tarification d'un acte médical. L'application pourra aussi faire des recommandations en proposant à l'assuré de se tourner vers un autre professionnel de santé ou un autre contrat.

 

Le CA co-développe des modules avec des entreprises

"CA Ma Santé" est tournée vers la prévention et le bien-être. Dans cette perspective, CA Assurances co-développe avec deux entreprises des modules complémentaires qui seront adossés à l'application courant 2019. "Le but est de porter des problématiques d'entreprise au niveau de l'individu", explique Kevin Brunier. Concrètement, les entreprises proposeront des contenus adaptés à leurs salariés qui devront télécharger l'application eux-mêmes s'ils veulent y accéder.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media