Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Créer des communautés, la recette "simplissime" de Swiss Life France pour sa transformation digitale

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

A l'occasion de la présentation de ses résultats financiers annuels ce jeudi 8 mars 2018, Swiss Life France a fait le point sur sa stratégie digitale. Frugale, celle-ci s'articule avant tout autour de la diffusion d'une nouvelle culture auprès de tous les collaborateurs par la création de différentes communautés.  

Créer des communautés, la recette frugale de Swiss Life France pour se transformer
Créer des communautés, la recette "simplissime" de Swiss Life France pour sa transformation digitale © Wikimedia Commons

"Nous voulons que le digital s'inscrive pleinement dans l'entreprise et non qu'il reste à part. En 2017, nous avons observé de réels progrès sur la compréhension du digital par nos collaborateurs. Cela nous tient à cœur de faire évoluer notre personnel", a insisté Charles Relecom, PDG de Swiss Life France lors de la présentation des résultats financiers annuels le jeudi 8 mars 2018.

 

Quel budget consacre chaque année l'assureur privé à sa transformation digitale ? Nous n'aurons pas de réponse, mais Swiss Life reste un petit acteur qui privilégie une cible haut de gamme face à des mastodontes de l'assurance comme Axa. On comprend donc sa préférence pour la frugalité. Plutôt que de mettre l'accent sur des investissements technologiques massifs, Swiss Life France privilégie ainsi une approche "humaine" avec pour objectif de "digitaliser ce qui doit l'être mais pas plus".

 

150 chefs de projets

Pour insuffler une nouvelle dynamique, l'assureur a mis en place plusieurs communautés qui sont incitées à remonter des idées de nouveaux cas d'usage pour simplifier les process internes et améliorer l'expérience client, ses deux priorités. "La première communauté que nous avons créée est une communauté de chefs de projets. Ensemble, ils reçoivent des formations communes, partagent leurs expériences, que ce soient des succès ou des échecs. Cela représente aujourd'hui environ 150 collaborateurs", détaille Tanguy Polet, directeur de la division clients et de la transformation digitale chez Swiss Life France.

 

20 "data champions"

La deuxième communauté ayant vu le jour est celle des "data champions", qui regroupe actuellement une vingtaine de collaborateurs autour d'un noyau de cinq data scientists. "Cette communauté est née de la volonté de notre responsable data d'éviter l'isolement de compétences et de créer deux catégories : les super responsables de la data d'un côté et les autres dans une seconde catégorie", expose Tanguy Polet. Ces "data champions" partagent également des formations communes, participent à des événements et soumettent de nouveaux scénarios. "Hier, lors d'une réunion, ils nous ont présenté neuf initiatives digitales. Lors d'une business review nous donnerons le feu vert ou non à ces projets pour les industrialiser. Le but est de les intégrer au sein de notre mécanisme opérationnel pour réinvestir ces gains de productivité dans du conseil et de la vraie connaissance assurantielle", ajoute Charles Relecom.

 

35 "process owners"

Une autre communauté regroupe actuellement 35 "process owners". "Chaque expérience client a pour miroir un process en interne. L'idée du process owner est que chacun ait la responsabilité d'une demande client afin qu'elle aboutisse au bon moment. En fonction de ce qu'il observe, il peut demander une modification d'une partie du process au même titre qu'un manager", raconte Tanguy Polet.

 

Et des clients-collaborateurs

La dernière communauté ayant vu le jour rassemble des clients-collaborateurs. "Ce sont des collaborateurs qui sont aussi clients des produits Swiss Life. Le but ici est d'exprimer la voix du client pour entrer dans une logique de co-construction", explique Tanguy Polet. "Je pense que trois ans seront encore nécessaires pour bien avancer dans notre transformation digitale même s'il s'agit d'une mutation permanente. Nous ne sommes que 2500 collaborateurs en France, nous allons finir par toucher tout le monde", conclut Charles Relecom, confiant.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale