Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Criteo met 20 millions d'euros dans l'IA pour améliorer son modèle de recommandation publicitaire

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Pour en finir avec la publicité en ligne qu'il qualifie de "pollution visuelle", Jean-Baptiste Rudelle, PDG de Criteo, mise sur l'Intelligence artificielle. Il investira pour cela 20 millions sur 3 ans. 

Criteo met 20 millions d'euros dans l'IA pour améliorer son modèle de recommandation publicitaire
Criteo met 20 millions d'euros dans l'IA pour améliorer son modèle de recommandation publicitaire © Max Bechmann - Criteo

Criteo avait mis les petits plats dans les grands. C'est le PDG fondateur lui-même, Jean-Baptiste Rudelle, accompagné de la vice-présidente chargé de la Recherche, Suju Rajan, qui sont venus l'annoncer au siège parisien de l'entreprise ce 27 juin 2018. L'entreprise  de reciblage publicitaire personnalisé sur Internet va investir 20 millions d'euros sur trois ans pour développer un IA lab, baptisé CAIL. Il s'agit d'un investissement en plus du programme déjà décidé. 

 

Une centaine d'ingénieurs

Avec cette somme, Criteo devrait recruter ingénieurs et chercheurs. Si aucun chiffre précis n'a été donné, entre 100 et 150 postes de spécialistes de l'IA devraient être créés dans trois villes : Paris, Grenoble et Palo Alto. Par ailleurs, Criteo a annoncé qu'elle allait renforcer sa plateforme et son infrastructure informatiques. Avec l'IA, l'entreprise espère renforcer son modèle de publicité contextuelle. Jean-Baptiste Rudelle a expliqué qu'elle contribuerait à changer l'image de la publicité en ligne, trop souvent perçue comme "une pollution visuelle".

Il a rappelé que le but de son entreprise est de proposer la meilleure publicité à chacun et non de l'inonder de messages inopportuns : "Notre modèle économique est que nous sommes payés quand le client clique et achète". En conséquence, une publicité mal ciblée aurait peu d'intérêt pour Criteo. Grâce à l'IA, la publicité du futur sera pertinente, a-t-il assuré. Par ailleurs, le PDG a indiqué que Criteo utilisait un user graph global, grâce auquel il peut suivre 4 milliards d'internautes dans le monde. Mais les données restent la propriété des clients de l'entreprise. 

 

Un modèle ouvert... pas comme d'autres

Par ailleurs, Jean-Baptiste Rudelle a profité de cette annonce pour cultiver sa différence avec les géants du secteur - entendez Google Facebook , Amazon... - tout en reconnaissant leur mérite. Il s'inquiète cependant de leur monopole, comme, a-t-il assuré, les e-commerçants ou les médias qui voient d'un très mauvais oeil le poids pris par ses entreprises qui pourraient en quelque sorte les vassaliser.

 

Jean-Baptiste Rudelle estime que son modèle peut constituer un autre choix. Ainsi, en matière de protection des données personnelles, Criteo est en ligne avec le RGPD. Défendant un modèle ouvert, il a rappelé que les données utilisées étaient ouvertes aux chercheurs. "15 articles ont été écrits en s'appuyant sur ces dernières, dont un qui a reçu un prix d'excellence", a précisé Suju Rajan.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale