Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Crowdlending : Lendix lève 32 millions d'euros pour prêter plus aux PME européennes

Levée de fonds Grâce à une nouvelle augmentation de capital de 32 millions d'euros, Lendix, plate-forme française spécialisée dans le prêt aux PME, entend accélérer son internationalisation et se donner les moyens de rivaliser avec le poids lourd du secteur : l'entreprise britannique Funding Circle. Lendix veut être active dans sept pays européens dès 2019.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Crowdlending : Lendix lève 32 millions d'euros pour prêter plus aux PME européennes
Les dirigeants de Lendix. De gauche à droite : Olivier Goy, Marc Sebag et Patrick de Nonneville. © Lendix

Lendix, la pépite française du crowdlending, vient d'officialiser une levée de fonds de 32 millions d'euros auprès d'Idinvest Partners, d'Allianz France et de CIR SpA. Ses investisseurs historiques (Partech, CNP Assurances, Decaux Frères Investissements et Matmut) participent également à cette nouvelle augmentation de capital. L'opération porte le montant total des fonds levés en capital-risque par Lendix à 51 millions d'euros depuis sa création.

 

Créer une Europe de l'Epargne

Grâce à ce nouveau tour de table, la plate-forme spécialisée dans le prêt aux PME entend accélérer son développement à l'international. La fintech s'est donnée pour objectif d'être pleinement active dans cinq pays européens d'ici la fin de l'année (France, Espagne, Italie, Allemagne, Pays-Bas), et d'ouvrir deux nouveaux pays en 2019. Présente en Espagne et en Italie depuis 2017, l'entreprise avait déjà annoncé vouloir s'attaquer aux marchés allemand et hollandais en février dernier. "Notre objectif est de participer à l'éclosion du marché du crowdlending en Europe. Nous voulons construire une vraie Europe de l'épargne en permettant aux investisseurs de prêter, depuis leur smartphone, à des PME qui ne se trouvent pas dans leur pays", nous expliquait alors Olivier Goy, CEO de la jeune pousse.

 

Fondée en 2015, Lendix s'adresse aux PME de secteurs d'activité variés qui se financent habituellement grâce au système bancaire classique mais qui, par moments, sont mal servies. Les petites et moyennes entreprises ont par exemple recours à la plate-forme en ligne lorsqu'elles doivent saisir rapidement une opportunité et que les banques ne sont pas assez réactives ou lorsqu'elles doivent financer l'achat d'une machine-outil qui ne se trouve pas sur le territoire français.

 

Défier Funding Circle

Côté prêteur, Lendix fait appel aux particuliers (30 000 investisseurs inscrits) et aux investisseurs institutionnels. Grâce à cette approche, la fintech est capable de proposer des prêts allant de 30 000 à 5 millions d'euros sur des durées de 3 mois à 7 ans à travers quatre types de produits.

 

Lendix a déjà réalisé 190 millions d’euros de prêts pour plus de 400 projets de développement de PME. La plate-forme compte plus de 11 000 prêteurs actifs et devrait employer au total une centaine de collaborateurs d'ici la fin de l'année. Malgré cette belle croissance, Lendix doit faire face au poids lourd du secteur : la pépite britannique Funding Circle. Active aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, en Allemagne et aux Pays-Bas, la fintech a déjà prêté plus de 4 milliards d'euros à des PME depuis sa création en 2010. Funding Circle dispose également de fonds importants pour se développer. En 2017, elle a finalisé un tour de table de 100 millions de dollars, mené par Accel. La pépite londonienne prépare actuellement son entrée en Bourse pour une valorisation qui pourrait être située entre 1,7  et 2,2 milliards d'euros.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media