Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

[Crowdlending] Wesharebonds lève 12 millions d'euros pour doper le financement des PME

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Levée de fonds Wesharebonds est une plate-forme spécialisée dans le financement participatif des PME. La Banque Postale participe de nouveau à ce tour de table. Sur les 12 millions d'euros, dix millions alimenteront un deuxième fonds de crédit qui permet de cofinancer le projet des PME aux côtés des investisseurs individuels. Wesharebonds utilisera une partie des deux millions d'euros restants pour automatiser la collecte des données.

La start-up Wesharebonds lève 12 millions d'euros pour doper le financement des PME
L'équipe de Wesharebonds. © WeShareBonds

Wesharebonds continue l'aventure aux côtés de La Banque Postale. La start-up spécialisée dans le prêt participatif aux PME vient d'officialiser une deuxième levée de 12 millions d'euros. On retrouve parmi les investisseurs de ce tour de table : La Banque Postale, La Banque Postale Assurance, la Mutuelle Générale et des investisseurs particuliers. Les équipes fondatrices participent également à cette nouvelle augmentation de capital.

 

10 millions d'euros pour un nouveau fonds de crédit

Lancée officiellement en juin 2016, la plate-forme de crowdlending Wesharebonds propose de financer les PME via l'émission d'emprunts obligataires. Les PME en recherche de financement doivent donc émettre des obligations souscrites par les différents investisseurs. "Nous visons les PME ayant 3 ans d'existence, qui réalisent un chiffre d'affaires supérieur à 1 million d'euros et qui sont rentables. Nous accordons des crédits allant de 100 000 à un million d'euros, avec une rémunération de 4 à 8% par an pour les investisseurs", précise Cyril Tramon, fondateur et président de la start-up.

 

Particularité de l'opération : sur les 12 millions d'euros que vient de lever Wesharebonds, 10 millions serviront à alimenter un nouveau fonds de crédit. C'est dans cette sorte de "cagnotte", alimentée entre autres par des institutionnels, que la start-up vient piocher les financements complémentaires à ceux apportés par les différents investisseurs individuels qui soutiennent une PME. Ce deuxième fonds de crédit prend la suite d'un premier véhicule, dont l'enveloppe avoisinait les 4 millions d'euros, également abreuvé en partie par La Banque Postale. (Les deux entités ont d'ailleurs développé des synergies d'apporteurs d'affaires croisées)

 

Entre 10 et 15 millions d'euros distribués pour 2018

Depuis son lancement opérationnel, Wesharebonds a permis de distribuer 3,5 millions d'euros de crédits à 15 PME, dont beaucoup sont des SSII ou des entreprises de logiciel.  "Le deuxième fonds de crédit commencera à travailler à partir du début 2018. Nous avons pour objectif de distribuer entre 10 et 15 millions d'euros au cours des 12 prochains mois", précise le fondateur. L'objectif étant d'augmenter la taille des tickets accordés aux PME avec un montant moyen visé de 500 000 euros, voire plus.

 

Une stratégie logique compte tenu du business model de la start-up : Wesharebonds ne se rémunère pas avec les intérêts des emprunts obligataires (ils sont versés aux investisseurs) mais avec des frais de montage, qui correspondent à 4% du montant du prêt réalisé par la PME, puis en prélevant 1% du montant qui est dû chaque année. 

 

Automatiser la collecte des données

Les deux millions d'euros restants seront quant à eux consacrés aux investissements R&D de Wesharebonds, qui souhaite automatiser davantage la collecte des données clients, des données comptables et des données Banque de France. "L'automatisation va nous permettre d'aller plus vite, d'être plus fiables et de gagner plus d'argent car ce qui nous coûte cher aujourd'hui c'est le temps de travail de mes salariés. L'idée est donc qu'ils passent le moins de temps possible sur des tâches répétitives", explique Cyril Tramon. L'automatisation devrait ainsi permettre de diminuer le temps d'attente des emprunteurs sans faire de compromis sur la qualité de l'analyse… et donc du risque.

 

Wesharebonds vise le seuil de rentabilité d'ici la fin de l'année 2018. En France, le marché du crowdlending devrait passer la barre des 100 millions d'euros cette année. Le leader tricolore est la plate-forme Lendix. Selon le site spécialisé Crowdlending.fr, elle a prêté un peu plus de 48 millions d'euros à 112 entreprises au cours des 10 premiers mois de l'année 2017, contre 33,6 millions en 2016. "Je considère aujourd'hui que tous les acteurs du marché ne sont pas dans une logique concurrentielle mais sont en train d'essayer de le construire", argue Cyril Tramon. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale