Cyberattaque : le département de la Seine-Maritime toujours au ralenti

La collectivité territoriale normande fonctionne en "mode dégradé" après qu’une cyberattaque "d’ampleur" a frappé les services du département lundi 10 octobre. Aucune demande de rançon n'est pour l'heure à signaler.

Partager
Cyberattaque : le département de la Seine-Maritime toujours au ralenti

Le département de la Seine-Maritime est venu s’ajouter lundi à la liste des collectivités territoriales prises pour cibles par des hackers, quelques semaines seulement après la cyberattaque qui a touché la ville de Caen. Si l’espace informatique des collèges a été épargné, de nombreuses procédures sous la responsabilité du Conseil départemental sont impactées.

De nombreux services inopérants

Les nouvelles demandes d’allocation personnalisée d’autonomie (APA) et de prestation de compensation du handicap (PCH) ne peuvent pour l’instant pas être instruites, a prévenu le département dans un communiqué, précisant que le dépôt de dossiers est néanmoins possible au format papier.

La Maison Départementale pour les Personnes Handicapées (MDPH), quant à elle, est complétement à l’arrêt, les procédures étant entièrement dématérialisées. Les dispositifs individuels concernant la jeunesse, le sport, le bio éthanol et la zone à faibles émissions sont également bloquées, ainsi que le portail de subventions des aides aux communes.

Seule la gestion des dossiers des bénéficiaires du RSA n’est pas impactée du tout, a précisé le Conseil départemental. Il ajoute que les musées départementaux fonctionnent normalement, sauf pour sa billetterie qui ne prend plus les cartes bancaires.

Une attaque par ramsomware ?

Le département navigue à vue après cette attaque, ignorant pour l’heure son origine et se trouvant dans l’incapacité d’évaluer le temps qu’il faudra pour rétablir et sécuriser ses serveurs. Les agents de l’Anssi, le gendarme de la cybersécurité français, sont mobilisés et une pré-déclaration auprès de la CNIL a été réalisée face au risque potentiel de fuite de données et conformément aux règles en vigueur. Un dépôt de plainte a également été effectué.

Les services du Conseil départemental ont indiqué à l’Usine Digitale qu’aucune demande de rançon n’avait été transmise pour l’heure et que l’objectif était à présent de passer au crible tous leurs serveurs pour identifier l’origine de l’attaque. Si pour l’heure les informations se font rare, les services du département devraient mettre des semaines, voire des mois, à retrouver un fonctionnement optimal et pourraient, à l’image d’autres collectivités visées avant elle, ressortir le papier et les stylos.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS