Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Cybercriminalité : vaste coup de filet contre la Mafia en Espagne

Vu ailleurs Une opération conjointe des polices espagnole, italienne et européenne a conduit à l'arrestation de 106 personnes soupçonnées d'avoir dérobé et blanchi 10 millions d'euros issus de cyber-escroqueries.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Cybercriminalité : vaste coup de filet contre la Mafia en Espagne
Une vaste opération des polices européennes a mené à l'arrestation de 106 personnes soupçonnées d'avoir participé à des cyber-escroqueries. © Europol

La Mafia vit avec son temps, et sans surprise elle est bien présente dans la cybercriminalité. Lundi 20 septembre, la police espagnole, en collaboration avec Europol, la police italienne et l’Unité de coopération judiciaire de l'Union européenne, a arrêté 106 individus à Ténérife aux Canaries.

Ils sont soupçonnés d'appartenir à différents groupes mafieux et d'avoir participé au blanchiment de 10 millions d'euros issus de piratage de cartes SIM et d'opérations de phishing par email, SMS et téléphone, faisant plusieurs centaines de victimes, essentiellement en Italie. L'opération conjointe a abouti à la saisie de 224 cartes de crédit, 118 comptes bancaires, en plus de cartes SIM, de terminaux de paiement et d'une plantation de cannabis.

Experts en informatique et en cryptomonnaies
Europol, l'agence européenne de police qui est dotée d'une unité spécialisée dans la lutte contre le cybercrime, précise dans un communiqué que des experts en informatique ainsi que des spécialistes des cryptomonnaies font partie des personnes arrêtées. La plupart de celles-ci sont de nationalité italienne.

D'après la police italienne, citée par Vice, la Mafia a recruté des pirates spécialisés dans les techniques de phishing, de vishing (arnaques équivalentes au phishing, mais menées par téléphone VoIP, ayant pour objectif de récupérer les identifiants bancaires des victimes) et d'ingénierie sociale. Plusieurs millions d'euros auraient ainsi été dérobés, puis blanchis à travers des opérations en cryptomonnaies et des sociétés écrans, ou réinjectés dans le circuit du trafic de drogue et du trafic d'armes.