Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Cybersécurité : quand la Chine hacke les plans du bouclier antimissile israélien

Actus Reuters Trois sous-traitants israéliens à l'origine du bouclier antimissiles "Dôme de fer" ont été victimes de pirates informatiques liés au gouvernement chinois, à partir de 2011. Ceux-ci ont dérobé plusieurs centaines de documents, a déclaré mardi 29 juillet un expert en cybercriminalité.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Cybersécurité : quand la Chine hacke les plans du bouclier antimissile israélien
Cybersécurité : quand la Chine hacke les plans du bouclier antimissile israélien © Wikimedia commons

"Comment Crew". Ainsi s'appelle le groupe de hackers qui a volé les plans du bouclier antimissiles israéliens lors d'une série d'attaques remontant à 2011 et 2012, a déclaré Joseph Drissel, directeur de la société américaine Cyber Engineering Services (CyberESI) qui a donné l'alerte.

Les cibles de ces cyberattaques ont été les sous-traitants du secteur de la défense que sont Elisra Group, Israel Aerospace Industries et Rafael Advanced Defense Systems. Ces entreprises ont mis au point le bouclier qui protège actuellement Israël d'une bonne partie des roquettes tirées de la bande de Gaza.

En mai, le département américain de la Justice a inculpé cinq officiers de l'armée chinoise qui appartiendraient à Comment Crew, également connu sous le nom d'Unité 61398, basée à Shanghai. Ils sont accusés de s'être introduits dans les systèmes informatiques de Steel Corp, d'une filiale américaine de Toshiba, Westinghouse Electric Company, et de quatre autres entreprises américaines dans le but de mettre la main sur des secrets commerciaux.

"Les Chinois agissent ainsi avec toutes les entreprises du secteur de l'armement en Occident, et si cela s'est réellement produit, nous ne sommes pas les seuls", a déclaré Uzi Rubin, ancien responsable du département des missiles au ministère israélien de la Défense, aujourd'hui directeur de la société de consultants Rubicon.

"Si les Chinois ont vraiment fait cela, nous verrons sans doute apparaître un 'Dôme de fer' chinois dans quelque temps", a ajouté Uzi Rubin à Reuters. "On dit que l'imitation est la forme la plus sincère du compliment", a-t-il conclu.

Avec Reuters

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media