Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Cybersécurité : Société Générale mène son offensive avec les start-up

Société Générale a donné le coup d'envoi de "Banking Cybersecurity Innovation Awards", un concours dédié aux jeunes pousses européennes pour renforcer la sécurité de ses systèmes d'information. Les trois start-up lauréates pourront tester leur solution au sein de la banque et bénéficier d'un programme d'accompagnement auprès du cabinet Wavestone. Une initiative qui renforce la place de la cybersécurité dans la stratégie de Société Générale, confrontée à la menace grandissante des attaques.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Cybersécurité : Société Générale mène son offensive avec les start-up
Cybersécurité : Société Générale mène son offensive avec les start-up © Société Générale

Garder un temps d'avance dans la cybersécurité. C'est la mission que s'est donnée Société Générale, en lançant le concours Banking Cybersecurity Innovation Awards à destination des start-up et des PME innovantes européennes. "Les hackeurs ont bien compris que l'argent ne se trouvait plus dans les coffres-forts, mais dans les systèmes d'information des banques. Les mafias du monde entier s'organisent dans ce domaine-là", témoigne Thierry Olivier, responsable de la sécurité des systèmes d'information (RSSI) du groupe Société Générale. "Notre surface d'attaque a été élargie car pour pouvoir répondre aux demandes et aux nouveaux usages de nos clients nous avons été obligés d'ouvrir nos systèmes d'information au travers du cloud et de la mobilité", poursuit-il.

 

Des tentatives d'attaques presque quotidiennes

Selon le chef de la cybersécurité, Société Générale subirait des tentatives d'attaques quasiment quotidiennement. "Mais toutes les banques de la place sont attaquées de la même manière", précise-t-il. Et d'ajouter : "Depuis mi-2016, chaque trimestre le nombre d'attaques est multiplié par 2 ou par 3. Ils (les hackeurs, ndlr) industrialisent leurs dispositifs, se professionnalisent et tentent de sophistiquer leurs attaques".

 

La menace que les équipes de Société Générale craignent le plus, avant même le vol d'argent, c'est le vol massif de données. "Cela impacterait notre image et engendrerait une perte de confiance, qui serait très difficile à regagner", explique Thierry Olivier. Partant de ce constat, la problématique de la sécurité a été portée au cœur des préoccupations du groupe. "Les plus hautes instances ont bien compris qu'il s'agissait d'une question de survie", assure le RSSI. 

 

Des centaines de collaborateurs mobilisés

Plusieurs centaines de collaborateurs à l'échelle mondiale sont ainsi mobilisées sur ce sujet cybersécurité. Parmi eux, une centaine est notamment affectée à la gestion d'un CERT et de plusieurs SOCs, qui permettent de détecter et de réagir 7 jours/7 et 24h/24 à des événements anormaux repérés sur le système d'information. Pour détecter ces signaux faibles, Société Générale emploie notamment des techniques de big data et de machine learning.

 

Pour aller plus loin, la banque mise aussi sur les start-up. Elle a ainsi lancé le 10 avril 2017, l'initiative Banking Cybersecurity Innovation Awards, en partenariat avec le cabinet de conseil Wavestone. "D'autres prix existent dans la sécurité informatique mais il n'y en avait pas dans le domaine bancaire", indique Thierry Olivier.

 

Trois solutions de start-up testées en interne

Les jeunes pousses et PME innovantes ont jusqu'au 21 mai pour déposer leur dossier en ligne. A l'issue de la sélection, trois prix seront remis dans trois catégories différentes : confiance numérique pour la banque (qui désigne les solutions qui protègent l'infrastructure des banques), confiance numérique pour les clients (qui désigne les solutions visant à sécuriser les échanges entre la banque et les clients) et un prix spécial France. "L'idée ici est de mettre en avant et d'aider une start-up française dans le domaine de la sécurité", précise le RSSI.

 

Les trois lauréats, qui seront connus le 5 juillet prochain, pourront intégrer Shake-up, le programme d'accélération de Wavestone, mais aussi tester leur solution au sein de Société Générale. "L'objectif de ce trophée est de garder un temps d'avance. Les start-up qui travaillent dans la cybersécurté sont au fait des nouvelles techniques et scrutent les nouvelles typologies d'attaque qui arrivent chez les autres", commente Thierry Olivier. Avec cette démarche d'open innovation, Société Générale entend bien dégager un avantage concurrentiel, mais aussi renforcer son image auprès des clients. "Nous voulons rester cet opérateur de confiance", conclut le RSSI… Même si le risque zéro n'existe pas !

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale