Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

D'anciens employés de Mozilla lancent Supermedium, un navigateur web dédié à la réalité virtuelle

Vidéo Trois ex-employés de Mozilla viennent de lancer une start-up autour d'un projet de navigateur web pensé pour la réalité virtuelle. Baptisé Supermedium, il est d'ores et déjà disponible en téléchargement pour les possesseurs de casques Oculus Rift ou HTC Vive.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

D'anciens employés de Mozilla lancent Supermedium, un navigateur web dédié à la réalité virtuelle
D'anciens employés de Mozilla lancent Supermedium, un navigateur web dédié à la réalité virtuelle © Supermedium

Trois anciens membres de l'équipe Mozilla à l'origine de la norme WebVR ont annoncé Supermedium, un navigateur web natif pour la réalité virtuelle, le 1er février 2018. Il s'agit de Kevin Ngo, Diego Marcos et Diego Goberna, qui ont monté une start-up pour l'occasion (et ont obtenu un financement d'amorçage de la part de Y Combinator). Les navigateurs traditionnels (Firefox, Chrome, Microsoft Edge) sont déjà utilisables dans un environnement de réalité virtuelle pour la plupart, mais Supermedium se démarque par son optimisation spécifique pour les contenus VR dédiés (par opposition aux pages 2D classiques). Il est pour l'instant compatible avec les casques HTC Vive et Oculus Rift.

 

Pour le moment, Supermedium permet surtout d'accéder aux projets conçus à l'aide d'A-Frame, un framework WebVR également conçu par cette même équipe. Cela représente quelques dizaines d'expériences. Les sites 2D traditionnels ne sont pas gérés. Quant à la possibilité d'accéder à n'importe quelle URL, elle sera ajoutée "à une date ultérieure".

 

Présentation de Supermedium en vidéo

 

Pour expliquer son projet, l'équipe met en avant la contrainte de devoir passer par une boutique d'applications pour lancer une expérience VR, comme c'est le cas actuellement. En comparaison, les applications WebVR démarrent plus rapidement et consomment moins de ressources. Surtout, le format est adapté à des usages plus "légers" : comprendre de petite taille ou dont la qualité ne justifie pas de passer par le système de publication traditionnel d'une plateforme comme Steam ou l'Oculus Store. Voire des contenus que ces mêmes plateformes interdiraient... Leur conclusion est on ne peut plus équivoque : "Sur le web, tout est permis".

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale