Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

D’Apple Pay au paiement fractionné, Banque Casino se réinvente en néobanque

La filiale du groupe Casino et du Crédit Mutuel-CIC a multiplié ces derniers temps les solutions de paiement axées sur la simplification de l’expérience client. Une stratégie influencée par la proximité avec Cdiscount mais aussi par l’avènement des néobanques. Les explications de Marc Lanvin, directeur général adjoint de Banque Casino.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

D’Apple Pay au paiement fractionné, Banque Casino se réinvente en néobanque
L'approche mobile first permet à la filiale de capter via son application et son site mobile une clientèle plus jeune/ © Banque Casino

Après le paiement fractionné, le lancement en décembre 2018 d’un mini prêt immédiat avec Lydia et de l’offre de crédit instantané Coup de Pouce avec Cdiscount, c’est l’arrivée d’Apple Pay qui fait l’actualité de la filiale du groupe Casino. Déjà disponible pour certains acheteurs et déployé ce premier trimestre 2019, ce service conforte une certaine avance de la filiale du distributeur sur ses concurrents, selon Marc Lanvin, directeur général adjoint de Banque Casino. "Banque Casino est à la fois une néobanque des consommateurs et une structure proche des fintech", analyse-t-il.

 

Le paiement fractionné, pilier des partenariats

 

La filiale, qui emploie 300 personnes, est basée à Bordeaux. Une situation qui l’a rapprochée géographiquement de Cdiscount, acquis par le Groupe Casino en 2000, et qui devient notamment son partenaire autour du paiement fractionné. "Ce dispositif a connu un essor incroyable chez Cdiscount, avec à date 37 millions de paiements", poursuit Marc Lanvin. Si elle est lancée en 2001, Banque Casino ne prend véritablement son essor qu'en 2012 avec le développement des services en ligne.

 

Proposant historiquement une offre BtoB, la société déploie progressivement une offre BtoC. Deux piliers sur lesquels elle continue de se développer en tissant notamment des partenariats autour du paiement en quatre fois par carte bancaire avec des e-commerçants comme Cdiscount bien sûr, mais aussi Oscaro, Vide-dressing et de nombreux acteurs du tourisme tels que MisterFly et Maeva. "La brique de paiement fractionné par carte bancaire est un axe stratégique de développement pour nos partenaires, poursuit Mac Lanvin. Pour nous, c’est un outil de fidélisation important, qui augmente les taux de conversion et améliore l’expérience client." 80 partenaires proposent aujourd’hui ce dispositif.

 

Fluidifier le paiement par carte en ligne et dans les enseignes

En 2017, c’est au travers de Coup de Pouce, le mini-prêt instantané, que les deux acteurs proposent une nouvelle facilité de paiement aux consommateurs, perçue par beaucoup comme une forme inédite de crédit à la consommation. Remboursable en 4 fois par carte bancaire, il a été souscrit 150 000 fois depuis son lancement. "Banque Casino a exploité les nouveaux usages de paiement sur Internet", résume-t-il pour expliquer ce succès. En 2018, c’est avec la start-up Lydia que la banque s’engage, là encore pour répondre à un besoin financier ponctuel.

 

Pour mettre en avant ses solutions de paiement, Banque Casino a également pensé "mobile first". "Nous avons imaginé le site en version mobile, et non en desktop", explique Marc Lanvin. Une approche qui permet à la filiale de capter via son application et son site mobile une clientèle plus jeune, à l’aise avec les nouvelles technologies et consciente des bénéfices du digital. Avec Apple Pay, Banque Casino ajoute de nouvelles briques technologiques, comme l’activation de la carte via une photo, le paiement sans contact en magasin sans limitation sur le montant de la transaction, le paiement en un clic en ligne ou la sécurisation via l’authentification biométrique.

 

Quant aux services plus classiques, comme les cartes de paiement, la filiale du distributeur a multiplié les ponts avec les autres systèmes de cartes émises au niveau du groupe. Certaines permettent de faire bénéficier le consommateur de 1% de cashback dans les enseignes Casino, y compris en point de vente. Le paiement fractionné a par ailleurs été intégré au sein de l’application Casino Max, qui permet de régler des achats dans l'ensemble du parc de magasins Casino (soit environ 500 points de vente) et dans les enseignes de proximité du groupe, comme le Petit Casino, Vival ou Spar.

 

Des indicateurs au vert et un projet d’assistant vocal

Banque Casino affiche aujourd’hui de solides indicateurs. Rentable, elle comptait fin 2018 2,7 millions de clients (+46% de nouveaux contrats sur l’année) et plus de 550 000 porteurs de cartes bancaires, dont 150 000 recrutés sur la seule année 2018. "Nous visons le recrutement de 200 000 cartes pour l’année 2019".

 

Leader français sur le paiement fractionné par carte bancaire, la société doit cependant veiller à l’arrivée constante de nouveaux entrants, comme les GAFA qui disposent de leurs propres moyens de paiement ou de fintechs comme FinFrog, une start-up positionnée elle aussi sur le prêt immédiat. D'autres acteurs comme Oney (Auchan) et Amazon disposent d'une solution de paiement fractionné. Pour poursuivre sa stratégie d’innovation, elle mène des tests sur les bots, y compris des bots vocaux, qui pourraient déboucher sur un nouveau service dans les prochains mois.

 

Le paiement fractionné
Le CB4X permet de financer la totalité d’un panier dès 100 euros d'achat, en 4 mensualités égales prélevées à 30 jours d’intervalle. Aucun justificatif n’est nécessaire. Le paiement par carte bancaire s’opère en ligne comme un paiement en une fois et l’accord est immédiat.
Le prêt immédiat
Lancé en décembre 2018 avec la start-up française Lydia, ce dispositif permet au 1,5 million d’utilisateurs de l'application une solution pour emprunter de l’argent instantanément depuis l’application. D’un montant de 100 à 1 000 euros, remboursable en 3 mois, ce prêt est immédiat et ne nécessite aucun justificatif. La transparence est également un argument mis en avant, avec un coût de l’emprunt sont clairement affichés avant la souscription du prêt.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale