Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

De constructeur de navette autonome à fournisseur de technologie, Navya change de cap

Navya change de stratégie. A l'occasion de la présentation de ses résultats semestriels jeudi 25 juillet 2019,  le spécialiste lyonnais des navettes autonomes a annoncé qu'il entendait désormais commercialiser ses technologies (son logiciel et son architecture de capteurs) auprès d'industriels et qu'il n'entend plus contrôler l'intégralité de la chaîne de valeur allant du développement logiciel au déploiement des véhicules, en passant par la conception.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

De constructeur de navette autonome à fournisseur de technologie, Navya change de cap
De constructeur de navette autonome à fournisseur de technologie, Navya change de cap © Capture d'écran Youtube

Un an après son introduction en bourse, et face à des résultats en berne, le spécialiste des navettes autonomes Navya change de cap. Dès son lancement, le Lyonnais s'est positionné comme un constructeur de navette autonome contrôlant l'intégralité de la chaîne de valeur : développement du logiciel, conception, fabrication et déploiement des véhicules. Une stratégie coûteuse et d'autant plus difficile à mettre en place qu'il se confronte à la concurrence des constructeurs de navettes et des sociétés de technologies qui se focalisent uniquement sur le développement d'une plateforme pour véhicule autonome.

 

"Nous avons décidé de faire évoluer notre modèle", annonce dans un communiqué de presse Etienne Hermite, le président du directoire de Navya. Le Lyonnais entend désormais vendre sa technologie aux industriels souhaitant rendre leurs véhicules autonomes, que ce soit pour le transport de biens ou de passagers. Navya est donc à la recherche de partenariats technologiques, industriels, de distribution et de support local. Toutefois, l'entreprise précise qu'elle "poursuivra la production des navettes jusqu’à ce que l’intégration de ses technologies dans des plateformes tierces soit opérationnelle pour ses clients".

 

Navya veut implémenter sa techno sur des véhicules tiers

Pour commencer, Navya désire implémenter sa technologie (son logiciel et son architecture de capteur) sur une ou deux plateformes tierces courant 2020. L'entreprise s'est par exemple rapprochée de l'industriel Charlatte qui fabrique des tracteurs et chariots pouvant être utilisés pour transporter des bagages dans les aéroports. Les deux partenaires veulent tester courant du deuxième semestre 2019 le Tract autonome, actuellement cours de développement . Navya souhaite également tester la conduite en autonomie complète du Tract et de son Autonom Shuttle dans la première moitié de l'année 2020.

 

Le Lyonnais prend le même chemin que son concurrent EasyMile qui a conclu un partenariat avec TLD, un fournisseur d'équipements d'assistance aéroportuaire, afin d'automatiser des tracteurs à bagages. Un secteur qui pourrait s'avérer porteur puisqu'il est plus simple de faire circuler une navette autonome pour transporter des biens dans un environnement fermé sur lequel circule un nombre restreint de véhicules et de personnes. Navya, qui a récemment vu ses navettes quitter La Défense, en sait quelque chose…

 

Des opérateurs dans les navettes autonomes pendant encore 2 ans

Ce changement de stratégie se traduit aussi par un changement à la tête de la société : le fondateur du groupe Christophe Sapet a été débarqué de la direction de Navya en décembre dernier avant qu'Etienne Hermite ne soit nommé au poste de président du directoire en mars. Ce dernier explique le changement de stratégie de Navya par le fait que "l'implémentation à grande échelle" de la mobilité autonome est "plus longue qu'anticipée au moment de notre introduction en bourse. Le marché demeure en phase d'expérimentation puisque l'autonomie complète n'est pas encore atteinte, la réglementation n’est pas encore établie uniformément et les modèles économiques continuent d’évoluer".

 

Navya considère que "le marché des navettes autonomes restera un marché d’expérimentation pour les 24 prochains mois avant un décollage lié au retrait de l’opérateur de sécurité". Cela se ressent dans les chiffres puisque l'entreprise n'a vendu que 18 Autonome Shuttle sur le premier semestre 2019 contre 36 sur la même période un an plus tôt. Ces ventes en berne se répercutent sur son chiffre d'affaires qui s'élève à 6,1 millions d'euros sur ce premier semestre 2019 (contre 9 millions d'euros au premier semestre 2018). Une baisse qui peut aussi s'expliquer par les critiques de plus en plus nombreuses sur des navettes autonomes trop lentes et aux freinages trop brusques. Avec ce changement de stratégie, Navya parviendra-t-il à se concentrer sur ses développements technologiques pour répondre à ces critiques ?

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale