Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Dans la tourmente depuis des semaines, Huawei profite d’une accalmie… et retrouve certains de ses partenaires

[ACTUALISE] Dans la tourmente depuis plusieurs semaines, le géant chinois des télécoms Huawei reprend des couleurs. Trois grands consortiums du secteur de la tech ont annoncé sa réintégration, et son smartphone Mate 20 Pro, pourra bénéficier de la version bêta du prochain système d’exploitation Android de Google. Pour autant, tout n’est pas encore rose.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Dans la tourmente depuis des semaines, Huawei profite d’une accalmie… et retrouve certains de ses partenaires
Dans la tourmente depuis des semaines, Huawei profite d’une accalmie… et retrouve certains de ses partenaires © Arthur Le Denn

Actualisation (05/06/2019) : Les boutiques des opérateurs téléphoniques et la grande distribution rapportent que les ventes de smartphones Huawei auraient chuté de 20 % en France depuis le début de la confrontation entre l’équipementier chinois et l’administration américaine. Signe que l’affaire affecte désormais le comportement des consommateurs, alors que la marque au lotus a connu une croissance discontinue ces cinq dernières années. Après que plusieurs de ses fournisseurs ont annoncé rompre les liens commerciaux en vertu des sanctions américaines, Huawei aurait réduit de moitié le nombre de commandes au fondeur taïwanais Foxconn. Ce que la firme chinoise conteste : "Nos niveaux de production à l’échelle mondiale sont normaux, sans aucun ajustement notable", a-t-elle affirmé dans une déclaration à la presse mardi. Toujours est-il que, factuellement, la crise se fait ressentir sur son activité. Le Finlandais Nokia a annoncé l'avoir dépassé en nombre de commandes pour des équipements 5G (42 contre 40). Les clients semblent se tourner de plus en plus vers l’Europe soit pour équiper leurs nouveaux cœurs de réseaux, soit pour bénéficier d'une double source d'approvisionnement sur les parties les plus sensibles des infrastructures.

 

La semaine dernière, nous rapportions la série de défections à laquelle est confronté le géant chinois des télécoms Huawei. Une situation extrêmement délicate, qui le prive de partenaires essentiels dans le cadre de la production de ses smartphones, ordinateurs portables et équipements 5G. Pour autant, l’entreprise basée à Shenzhen semble reprendre quelques couleurs. L’alliance Wi-Fi et l’association SD, qui avaient annoncé son bannissement, sont toutes deux revenues sur leur décision. Tout comme la Joint Electron Device Engeneering Council (Jedec), organisme de normalisation des semi-conducteurs qui compte quelque 300 sociétés membres… et outil d’influence dans le milieu.

 

huawei ralentit sa production

Le fondeur taïwanais TSMC, en charge des puces Huawei HiSilicon, a également annoncé ne pas abandonner son partenaire historique. Une source d’espoir pour la firme chinoise, qui a subi un revers important lorsque le Britannique ARM a décidé de rompre les liens pour se conformer aux exigences américaines. Et comme un bonne nouvelle ne vient jamais seule, certains appareils de Huawei – dont le smartphone Mate 20 Pro – ont également été réintégrés à la liste des partenaires de Google dans le cadre du déploiement de la dixième mouture de son système d’exploitation, Android Q. Une conséquence directe du sursis de trois mois accordé à l'entreprise par l'administration américaine.

 

Signe que le géant chinois des télécoms n’est pas encore sorti d’affaire, ses commandes au fabricant taïwanais de puces Foxconn auraient été divisées par deux depuis le début de sa confrontation avec les Etats-Unis. Une situation plutôt alarmante, alors que la marque au lotus affichait son ambition de devenir courant 2020 le premier fabricant de smartphones au monde en dépassant le Coréen Samsung. Un objectif qu’elle n’est plus si certaine d’atteindre. "Il est encore trop tôt pour se prononcer sur la possibilité de l’atteindre", a estimé le président de sa filiale Honor, Zhao Ming.

 

L’épée de Damoclès reste donc bien présente au-dessus de la tête de Huawei, alors que le président américain Donald Trump cherche à en faire le levier principal dans le cadre d’un accord commercial global avec la Chine… qui s’efforce d’afficher sa bonne volonté. Une organisation soutenue par le ministère des Sciences et de la Technologie a ainsi adopté le 31 mai 2019 un code de déontologie en matière d’intelligence artificielle, très proche de ce qui se fait dans les pays occidentaux. Les négociations commerciales vont reprendre. Et les Etats-Unis ont, eux aussi, beaucoup à perdre. Le marché chinois représente en effet une priorité absolue dans la stratégie des marques américaines, en quête d’une croissance nouvelle dans une économie mondiale qui tourne au ralenti.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale