Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Dans le laboratoire de guerre virtuelle de Thales Air Systems

Lancé en 2012 au salon Eurosatory et inauguré en janvier dernier, l’Advanced Air Defence System de Thales permet aux clients de s’immerger dans un laboratoire où ils pourront identifier leurs besoins en termes de défense aérienne et, surtout, les tester dans des conditions quasi réelles.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Dans le laboratoire de guerre virtuelle de Thales Air Systems
Dans le laboratoire de guerre virtuelle de Thales Air Systems © Thales

Une alarme retentit dans la salle de commandement. Un drone ennemi s’approche des plages du Cotentin, il est dans la ligne de mire des forces terrestres. Quelques consignes sont  échangées puis l’ordre tombe, il faut abattre la cible. Un clic sur un joystick et l’UAV est touché par un missile. Il sombre dans la Manche, les équipes se congratulent.

Cet exercice grandeur nature a lieu dans l’antre du "Battle Lab", le laboratoire de guerre de Thales Air Systems, à Rungis (Val-de-Marne). Dévoilé lors d’Eurosatory, le salon de l’armement pour la défense et la sécurité, en juin 2012, il a été inauguré en janvier dernier.

Vendre aux clients les cinq composantes du système intégré de défense aérienne

On se croirait dans un cybercafé pour accro aux "first person shooter", ces jeux vidéo qui simulent des conflits armés. Ambiance feutrée, néons bleus, écrans par dizaines et joysticks plantent le décor. Seulement, dans ce laboratoire, les responsables de la division systèmes d’armes avancés de Thales négocient avec de véritables clients.

L’objectif de cette mise en situation est stratégique. Il est de présenter toute l’étendue de l’offre de Thales Air Systems en matière de défense aérienne.  Systèmes d’armes, missiles, identification et conduite des opérations aériennes, radars de surface, systèmes de commande et de contrôle… "Avec ce laboratoire, le but est de présenter aux clients l’ensemble de notre offre, pour vendre le système intégré, avec ses cinq composantes", précise Laurent Duport, directeur marketing, stratégie et business development pour les systèmes d’armes avancés chez Thales.

Sur la table tactile qui trône au milieu de la pièce, l’opérateur peut, en quelques clics, charger la carte d’un pays. A la manière d’un jeu de stratégie militaire, un chef d’état-major peut alors identifier ses besoins. Un autre tableau digital permet l’organisation des moyens et des forces. Un radar GM-400 de trop ? Un système de défense antiaérienne RAPIDFire en plus ? La virtualisation permet de visualiser rapidement le dispositif à mettre en œuvre et de le modifier.

Jouer des scénarios de guerre dans les conditions du réel

Dernière étape, l’expérimentation des solutions sélectionnées par le client. "L’interface du logiciel est simplifiée pour permettre une prise en main par le client en moins d’une heure", détaille Laurent Duport. C’est là que la mise en situation devient quasi réelle, une dizaine d’opérateurs de Thales pouvant "jouer" différents scénarios selon les besoins.

Le Battle Lab plaît beaucoup aux clients depuis son ouverture en janvier, assure-t-on sur le site de Rungis. "Certains ne veulent pas seulement acheter nos solutions, mais le système de laboratoire entier !", confie Laurent Duport.

Un outil efficace pour visualiser la gamme complète proposée par Thales Air Systems en la matière, mais surtout, une belle vitrine pour les systèmes phares du groupe français.

Elodie Vallerey

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale