Dassault Systèmes et Atos s'allient pour proposer une plateforme cloud souveraine pour la 3D

Dassault Systèmes et Atos combinent leurs forces pour proposer une plateforme cloud souveraine de conception 3D. L'offre combine la plateforme SaaS 3DExperience du premier et les solutions OneCloud Sovereign Shield du second. Disponible d'ici quelques semaines, elle s'adresse aux industries critiques telles que la défense et la santé.

Partager
Dassault Systèmes et Atos s'allient pour proposer une plateforme cloud souveraine pour la 3D

Dassault Systèmes et Atos viennent d'annoncer la signature d'un partenariat mondial visant à déployer à une plus grande échelle la plateforme 3DExperience pour les industries critiques et sensibles, telles que la défense et la santé. Cette solution permet "la collaboration, la modélisation, la simulation et l'analyse de grande quantité de données", explique Sébastien Massart, directeur de la stratégie au sein de Dassault Systèmes, à L'Usine Digitale.

Enrichir la plateforme
Cette plateforme n'est pas nouvelle, elle a été lancée en 2012. C'est "l'appui d'Atos" pour la proposer "plus largement" qui constitue le coeur de cette annonce, détaille Sébastien Massart. En outre, ce rapprochement permet d'enrichir 3DExperience avec "la brique de cybersécurité globale" d'Atos. L'offre finale, associant la plateforme de Dassault Systèmes et les solutions OneCloud Sovereign Shield d’Atos, doit être disponible dans les "prochaines semaines", ajoute-t-il.

L'infrastructure est apportée par 3DS Outscale, la filiale cloud de Dassault Systèmes. Celle-ci dispose de deux régions qualifiées "SecNumCloud" par l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (Anssi). Ce label garantit aux organisations publiques, parapubliques, et aux entreprises stratégiques comme les Opérateurs d’Importance Vitale (OIV) qu’elles s’appuient sur un environnement cloud respectueux des données personnelles et présentant le plus haut niveau de sécurité.

Pour rappel, 3DExpérience permet aux entreprises de créer des produits et des services en 3D de façon collaborative (CAO), de les tester dans un environnement virtuel avant de passer à la phase de production (Simulation), et de suivre le produit tout au long de sa vie (PLM). La plateforme propose également une marketplace qui met en relation des clients désireux d'acheter un service dans l'impression 3D, la conception… et des fournisseurs de services.

Vers un marché européen du cloud de confiance ?
La souveraineté de la plateforme est un élément majeur, d'après Sébastien Massart. "L'économie du 21ème siècle est basée sur l'économie de l'expérience. Et les personnes souhaitent des expériences dans lesquelles ils ont confiance", déclare-t-il. Ce mouvement doit désormais être porté au niveau européen, ajoute-t-il, afin de créer "un marché unique européen du cloud de confiance".

A ce sujet, l'Agence européenne chargée de la sécurité des réseaux et de l'information (ENISA) s'est vue confier la mission de préparer un schéma européen de certification pour le cloud par la Commission européenne. Il permettra aux prestataires de services de cloud d’assurer la conformité de leurs services par rapport à des exigences spécifiques et uniques à travers l’Union européenne, visant à garantir un haut niveau de sécurité et la confiance dans ces services.

Concernant l'initiative Gaia-X, Sébastien Massart estime qu'elle n'a pas le rôle de définir un référentiel de sécurité au même titre que l'ENISA. Mais qu'elle vise à développer "un standard d'interopérabilité et de comptabilité entre les cloud". La présence d'acteurs étrangers au sein de l'association (sans être membre du board) est vivement critiquée par certains acteurs, à l'image du Français Scaleway qui a décidé de ne pas renouveler son adhésion.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS