Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Data4 surfe sur la vague du cloud hybride pour doubler de chiffre d'affaires d'ici 2020

Après avoir ouvert deux datacenters en 2016, l’hébergeur informatique français Data4 en construit deux nouveaux en 2017. Un nouvel investissement de 50 millions d’euros qui vise à profiter du développement rapide du cloud hybride pour doubler son chiffre d'affaires d'ici 2020.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Data4 surfe sur la vague du cloud hybride pour doubler de chiffre d'affaires d'ici 2020
Plateforme de datacenters de Data4 Group à Marcoussis © Data4

Pas de pause dans l’expansion de Data4 Group. Le petit hébergeur informatique français, qui compte une centaine de personnes, a clôturé 2016 avec deux nouveaux datacenters, l’un à Marcoussis, en Essonne, l’autre à Milan, en Italie. L’investissement se monte 50 millions d’euros.

 

Un méga datacenter en projet à Marcoussis

Depuis sa création en 2006 comme coentreprise entre Alcatel et le fonds d’investissement Colony Capital, Data4 Group a investi au total plus de 200 millions d’euros pour se doter d’une infrastructure qui comprend aujourd’hui 14 datacenters de 2000 m2 et 4 MW chacun : 8 à Marcoussis, 3 à Luxembourg et 3 à Milan. Il compte une cinquantaine de clients formés pour deux tiers de grandes entreprises et ETI, et pour un tiers de fournisseurs de services cloud.

Et Data4 Group n’entend pas s’en arrêter là. Deux nouveaux datacenters de nouvelle génération utilisant le free cooling  (refroidissement à l’air extérieur) sont en construction, l’un à Marcoussis, l’autre à Milan, pour un investissement de 50 millions d’euros. Ils devraient être mis en service à la fin de 2017. Et un méga datacenter, 5 à 6 fois plus gros que ceux disponibles aujourd’hui, est en projet à Marcoussis. Il pourrait être ouvert à la fin de 2018 ou au début 2019. L’investissement correspondant n’est pas dévoilé. "Le projet est encore au stade de l’étude, explique Olivier Micheli, le CEO de l’entreprise. Ni la taille ni les spécifications techniques ne sont encore fixées."

 

Vers un doublement du chiffre d'affaires d'ici 2020

Cet effort est justifié par le développement rapide du cloud hybride, qui associe cloud privé dédié à l’entreprise et cloud public fourni par des prestataires comme Amazon Web Services, Google, Microsoft ou Salesforce. Data4 Group a démarré en hébergeant l’infrastructure informatique de grandes entreprises. "Nous leurs proposons maintenant d’héberger leur cloud privé, précise Olivier Micheli. Et nous proposons aux opérateurs de cloud public d'étendre leurs services localement en s’appuyant sur notre infrastructure. Nous devenons la plateforme carrefour pour la construction de cloud hybride."

Sur un marché de l’hébergement informatique en forte consolidation, Data4 Group tente de tirer son épingle du jeu en profitant des besoins de sécurité et localisation de données en France. Une contrainte qui pousse les grands fournisseurs de cloud, comme Amazon Web Services, Microsoft, IBM ou Salesforce à étendre rapidement leur présence au plus près des clients en s’appuyant sur des hébergeurs locaux. Selon Olivier Micheli, Data4 Group s’impose comme le troisième hébergeur informatique en France, derrière le géant américain Equinix et le néerlandais Interxion. Grâce à ses projets d’expansion, il voit sa société atteindre les 100 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2020, contre 50 millions d’euros en 2016.

 

Montée dans les services

Data4 Group ne veut pas se contenter du rôle d'hébergeur. Il veut monter dans la chaine de valeur en proposant toutes sortes de services sans aller jusqu'à devenir fournisseur de cloud. A travers sa nouvelle plateforme "Digital Hub", il propose à ses clients entreprises de les connecter directement au cloud public de leur choix. La plateforme intègre déja plus de 100 fournisseurs de cloud public et l'offre pourra s'enrichir à la demande des clients. "Nous disposons de 3000 à 5000 capteurs dans chaque datacenter, confie Olivier Micheli. Nous voulons en profiter pour offrir aux clients des alertes, du diagnostic et d'autres services basés sur l'analyse des données issues de ces capteurs."

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media