Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Datakalab va détecter le port du masque des spectateurs du concert-test pour le Covid-19

Dans le cadre du concert-test parisien du 29 mai prochain, qui servira à contrôler le risque de transmission du Covid-19, la start-up Datakalab sera chargée de détecter le port du masque des spectateurs. Ces données alimenteront des statistiques anonymes pour comparer le risque de contamination entre deux groupes de personnes, l'un présent à l'événement et l'autre à domicile. La technologie de cette jeune pousse a déjà été utilisée par la RATP et la ville de Cannes.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Datakalab va détecter le port du masque des spectateurs du concert-test pour le Covid-19
Datakalab va détecter le port du masque des spectateurs du concert-test pour le Covid-19 © ActionVance/Unsplash

La start-up parisienne Datakalab, spécialisée dans les systèmes de vision par ordinateur, a signé un partenariat avec l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) dans le cadre du concert-test du groupe Indochine qui rassemblera 5000 personnes à l'Accor Arena de Bercy le 29 mai prochain.

Détecter le bon port du masque
Cette jeune pousse va être chargée de détecter le port du masque par les spectateurs et ainsi obtenir des statistiques sur le taux de personnes portant correctement leur masque pendant toute la durée de l'événement. Ces chiffres alimenteront un essai clinique randomisé qui vise à comparer le risque de contamination entre deux groupes de personnes répartis de manière aléatoire. Un groupe "expérimental" de 5000 personnes assisteront au concert et un groupe "contrôle" qui n'y assistera pas. 

L'hypothèse de cette étude – promue par l’AP-HP et coordonnée par le service de virologie de l’hôpital Saint-Louis, l’équipe de prévention du risque infectieux de l’hôpital Bichat et l'unité de recherche clinique Necker-Cochin – est que le dépistage du SARS-CoV-2 dans les trois jours maximum avant le concert permet de contrôler le risque de transmission et la génération de foyers épidémiques lors de l'événement.

Aucune identification possible
Datakalab a développé un logiciel reposant sur un algorithme de computer vision capable de détecter le port du masque. L'objectif n'est pas de repérer individuellement le non-port ou le mauvais port du dispositif médical. La caméra capte un flux vidéo traité localement et en temps réel. L'entreprise promet que les images récoltées ne permettent pas d'identifier la personne. Grâce à ces données, des statistiques anonymes sont établies. 

Les images ne sont pas conservées par Datakalab ni par le responsable de traitement. Elles sont traitées "à la volée" et anonymisées en moins d'une seconde puis agrégées au niveau de l'ordinateur local. Les données sont conservées sur des serveurs pendant toute la durée nécessaire à leur utilisation puis supprimées. 

Des collaborations avec la RATP et Cannes
Datakalab n'en est pas à son coup d'essai. En mai dernier, il avait été choisi par la RATP et la ville de Cannes pour détecter le port du masque dans l'espace public grâce à des caméras dotées de son logiciel. 

Mais ces expérimentations avaient été interrompues un mois plus tard à la suite d'une décision de la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) qui estimait que le droit d'opposition n'était pas respecté. En effet, les passants ne pouvaient pas s'opposer à la captation de leur image.

Le gouvernement avait finalement adopté un décret en mars dernier qui ouvre la possibilité aux exploitants de services de transport collectif de voyageurs et aux gestionnaires des espaces affectés à ces services, tels que la RATP ou la SNCF, d'installer des caméras "intelligentes" capables de détecter le port du masque. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.