Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Deconnecting people : "Dommage qu'il n'y ait pas de message d'absence pour les SMS", regrette Sébastien Henry

Série d'été Dans le deuxième épisode de notre série sur la meilleure façon de déconnecter en vacances, Sébastien Henry, auteur de deux livres sur la méditation parus aux éditions Dunod, explique comment il conjugue cette pratique avec un passé d'entrepreneur. Pour lui, l'été peut être un moment propice pour se mettre à la méditation. S'il insiste sur l'importance de changer de rythme, il souligne aussi qu'il ne faut surtout pas faire de la méditation une obligation, dans une recherche productiviste du bien être. 
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Deconnecting people : Dommage qu'il n'y ait pas de message d'absence pour les SMS, regrette Sébastien Henry
Sébastien Henry a publié Quand les décideurs s'inspirent des moines (Dunod)

"Je suis fan de déconnexion totale. Dans l’année, je me réserve cinq semaines, dont trois en été, où je coupe mon smartphone. Il y a un piège à rester connecté, en se disant qu’on va répondre à deux ou trois mails, que ça ne prendra pas beaucoup de temps. Même si cela est vrai quantitativement, la charge mentale que cela induit n’est pas neutre. L’esprit continue à s’agiter sur des sujets en rapport avec le travail, les affaires. C’est important de pouvoir couper son portable.

 

Toutefois, il faut prévenir les potentiels interlocuteurs avant, afin qu’ils ne soient pas surpris, qu’ils n’aient pas l’impression qu’on les laisse tomber. Personellement,  je prépare un sas d’une semaine, où je reste joignable par quelques personnes, moins de dix, avec lesquelles je suis en train de travailler, négocier... Je regrette qu’on ne puisse pas mettre de message d’absence pour les SMS.

 

le bon moment pour méditer

 

L’été peut être une bonne période pour se mettre à la méditation car on a plus de temps, de disponibilités. En soi, je ne suis pas contre les applications qui aident à méditer. Mais je les déconseille pendant l’été, car la tentation peut être grande d’aller voir ses courriers électroniques ou ses messages.

 

Si l'on veut se mettre à méditer, mieux vaut avoir un objectif modeste au début. Cela ne doit pas être un combat contre soi, un de plus ai-je envie de dire. J’en parle aisément, car à mes débuts, en bon manager habitué à la performance, aux objectifs à atteindre, j’ai pratiqué de cette façon. Méditer demande un véritable changement d’état d’esprit, un changement de braquet, de rythme, qui d’ailleurs aide à mieux repartir dans le tempo professionnel. Idéalement, à terme les deux fusionnent.

 

De la régularité, pas de rigidité 

 

Il faut aussi pratiquer dans la mesure du possible avec régularité. Cela ne veut surtout pas dire avec une rigidité, car c’est le meilleur moyen pour en avoir assez au bout de trois semaines. Mieux vaut faire cinq à dix minutes tous les jours que de se lancer dans des méditations d’une demie heure et d’abandonner.

 

On peut, par exemple, lire le matin un chapitre d’un des livres qu’a consacré au sujet Christophe André. Ou prendre dix minutes avant de se lever.

 

Si ce n’est pas facile pour vous le matin, trouvez un autre moment. Des parents d’enfants jeunes peuvent profiter de l’heure de la sieste. Il faut trouver quelque chose qui vous convienne. Car si on cherche à se déconnecter, notamment des outils numériques, c’est d’abord pour mieux se connecter à soi. N’en faisons surtout pas un énième support pour l’esprit de compétition ou pour la contrainte."

 

Lire le blog de Sébastien Henry

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale