Deep Algo extrait automatiquement les algorithmes du code pour faciliter le travail des développeurs

La start-up française Deep Algo veut rendre intelligible le code informatique. Elle a conçu un outil d'extraction automatique des algorithmes pour aider les développeurs à analyser du code qui n'est pas le leur. Il fonctionne pour le moment avec le langage Java, mais l'entreprise lève des fonds pour en ajouter d'autres.

Partager
Deep Algo extrait automatiquement les algorithmes du code pour faciliter le travail des développeurs

La start-up française Deep Algo a conçu un outil d'extraction automatique des algorithmes depuis le code source d'un programme. Fondée en 2016, cette deep tech veut fournir une visualisation simplifiée du code sous forme d'arborescence qui servira à la fois aux développeurs et aux métiers non techniques.

Fournir une documentation aux développeurs

Les développeurs sont la principale cible de ce produit. L'idée est de leur fournir une documentation fonctionnelle des algorithmes sans qu'ils n'aient besoin de rentrer dans le détail de chaque ligne du code en question. Si un développeur arrive sur un projet en cours, il se retrouve souvent à devoir analyser le code existant pour en comprendre les rouages. Avec Deep Algo, plus besoin de passer par cette étape chronophage et fastidieuse. L'outil fournit une sorte de notice dont le rôle est d’expliquer comment telle ou telle variable est traitée au sein du programme, et dans quel but.

Pour expliquer le fonctionnement de l'outil, Deep Algo prend l'exemple d'une application de poker en ligne. L'objectif est de comprendre dans quels cas l'ordinateur va se coucher, c'est-à-dire abandonner la partie en cours. Il suffit alors d'aller sur la plate-forme, de se connecter à Github pour récupérer le code et de lancer l'analyse. Deep Algo affiche l'algorithme sous la forme d'une arborescence, sur laquelle les joueurs sont par exemple représentés par une branche bleue. Via un moteur de recherche, l'utilisateur va pouvoir trouver tous les cas dans lesquels l'ordinateur se couche. Pour chaque situation, il pourra accéder aux étapes de la prise de décision de l'algorithme.

"On est actuellement en bêta-test avec une cinquantaine de développeurs en France et on espère lancer l'application sur le deuxième trimestre de cette année", explique Olivier Hémar, cofondateur et CEO de Deep Algo, contacté par L'Usine Digitale. La jeune pousse compte commercialiser sa solution sous forme de plate-forme accessible via le cloud. Les développeurs devront y souscrire par un abonnement dont le prix n'est pas encore arrêté.

"Pour faire nos bêta tests, on utilise des projets en open source car le code est accessible", raconte le CEO, avant d'ajouter que rien n'empêche Deep Algo de signer des droits de réutilisation de code source privé avec des entreprises. "Via le cabinet d'audit Mazars, qui a été notre premier partenaire, on a eu accès à des codes sources privés par exemple."

L'outil ne fonctionne qu'avec le langage Java

La technologie est directement intégrée dans les outils de développement existants et ne fonctionne aujourd'hui qu'avec le langage Java. "On a testé plus d'une quarantaine de langages mais nous devons faire un travail d'analyse sur la grammaire qui peut prendre entre trois et six mois et représente un coût financier important", indique le CEO.

D'où la nécessité pour Deep Algo de lever des fonds. "On recherche des partenaires pour pouvoir nous accompagner dans le développement commercial. On compte également faire une levée de fonds pour perfectionner notre projet et s'exporter à l'étranger car le code est un langage universel", déclare Olivier Hémar. Avis aux investisseurs, Deep Algo présentera sa solution le 10 mars lors d'une matinée Futur.e.s organisée par Capdigital dans le cadre de la Deep Tech Week.

Une aide à la compréhension des algorithmes pour les metiers non techniques

Mais Deep Algo ne s'adresse pas qu'aux développeurs. Le second cas d'usage vise à permettre aux métiers non techniques de facilement évaluer une application ou un logiciel en cours d'élaboration et ainsi de mieux communiquer avec les développeurs. Mais avant de véritablement développer cette second facette, la deep tech veut se concentrer sur la qualité de service apportée aux développeurs qui demandent encore des ajustements, notamment sur l'intégration de la technologie dans le workflow.

Dans le futur, pourrait-on imaginer que Deep Algo devienne une bibliothèque d'algorithme à vendre, une sorte de marketplace ? Pour Olivier Hémar, la réponse est pour l'instant négative. "Le marché n'est pas du tout mature. Les algorithmes développés par les entreprises sont protégés par la propriété intellectuelle. Elles ne pensent pas encore à valoriser ces actifs en les vendant", estime-t-il.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS