Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Deep tech : Prophesee lève 50 millions de dollars pour son capteur bio-inspiré

Levée de fonds Prophesee, spécialiste français de la vision par ordinateur, boucle un tour de table de série C de 50 millions d'euros. De quoi poursuivre le développement de son capteur d'image novateur et s'attaquer au marché du smartphone et de l'AR/VR. Le constructeur chinois Xiaomi est au rang des investisseurs.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Deep tech : Prophesee lève 50 millions de dollars pour son capteur bio-inspiré
Le capteur Metavision de Prophesee utilise une approche novatrice de perception par évènement, inspirée du fonctionnement de l'œil humain. © Prophesee

La start-up française Prophesee, à l'origine d'un capteur visuel d'un nouveau genre, lève 50 millions d'euros supplémentaires dans un tour de table de série C. Cela porte le total de ses fonds levés à 127 millions d'euros depuis sa création en 2014, faisant d'elle "la start-up de semiconducteur fabless la mieux financée d'Europe", d'après Luca Verre, son cofondateur et CEO.

Cette levée de fonds est menée par Prosperity7 Ventures, fonds d'investissement de Saudi Aramco spécialisé dans les technologies de rupture, dites "deep tech". Les deux autres investisseurs majeurs sont Sinovation Ventures et Xiaomi. "Prosperity7 est un fonds growth stage qui adhère à notre vision à long terme, note Luca Verre auprès de L'Usine Digitale. C'est un allié c’est un allié financier sur la durée pour continuer de nous développer."
 

100 prospects, 5000 développeurs indépendants

Prophesee est en effet désormais dans une phase de développement commercial et d'expansion de sa technologie sur de nouveaux marchés. Elle avait passée une étape clé en 2020 avec l'industrialisation de sa technologie par le biais d'un partenariat avec Sony, leader des capteurs photo.

Un capteur par évènement

Le principe du capteur est que ses pixels sont indépendants les uns des autres et asynchrones, si bien que chacun d'entre eux ne s'active que s'il détecte un changement dans la scène en observation. Cette approche dite "par évènement", inspirée du fonctionnement d'un l'œil biologique, permet de capturer des informations beaucoup plus rapidement qu'avec un capteur d'image traditionnel, sans générer de grandes quantités de données et en consommant beaucoup moins d'énergie.

 

Elle s'est depuis concentrée sur le marché de la robotique industrielle. Son capteur Metavision de troisième génération est présent au sein de trois caméras conçues par les spécialistes Lucid, Imago et Century Arks. Trois nouveaux partenariats autour de la quatrième génération du capteur (celle réalisée avec Sony) seront annoncés au salon Vision de Stuttgart le 6 octobre.

"5000 développeurs indépendants utilisent notre software aujourd'hui, et nous avons un pipeline de 100 clients qui sont dans différentes phases d’adoption de la technologie, précise le CEO. Certains l'évaluent, d'autres ont commencé à l’intégrer, voire à la commercialiser."

Cap sur le marché des smartphones

Mais la start-up est résolument tournée vers de nouveaux marchés, en l'occurrence celui des smartphones et celui des casques de réalité virtuelle et augmentée. "Xiaomi est un partenaire stratégique pour nous, qui investit car il s'intéresse à l'intégration de notre technologie au sein de ses produits mobiles," détaille Luca Verre. Le constructeur chinois est le numéro 3 mondial de la vente de smartphones derrière Samsung et Apple.

La cinquième génération de son capteur sera annoncée "d’ici la fin de l’année", de même qu'un nouveau partenariat stratégique. "C'est l'objet de cette levée de fonds : nous permettre d'avancer sur la feuille de route de notre capteur," confie Luca Verre.
 


L'intérêt du capteur de Prophesee pour les smartphones est la réduction du motion blur, notamment dans des conditions de basse luminosité (où le temps d'exposition est plus long). Combiné aux autres capeurs traditionnels, la technologie de Prophesee permettra une forte réduction du flou sur l'image.

Plusieurs fabricants au capital, Qualcomm intéressé

L'augmentation de la qualité de capture est un élément de compétitivité déterminant pour les fabricants de smartphones, et Luca Verre révèle que d'autres fabricants ont aussi investi dans sa société, mais n'ont pas souhaité être nommés afin de préserver leur avantage compétitif. Qualcomm, acteur incontournable du marché, est également intéressé et déjà partenaire de Prophesee. "Notre système de référence mobile est basé sur une plateforme Qualcomm".

On rappellera que le marché mobile représente aujourd'hui environ 70% du marché des capteurs d’image, et pèse entre 12 et 14 milliards de dollars par an. Pénétrer sur ce marché à fort volume permettra à Prophesee d'augmenter fortement ses revenus, même si Luca Verre précise que "nous avons déjà commencé à générer du chiffre d'affaires, nous avons eu une forte croissance l'année dernière et cette année dans l'industrie."

Le dirigeant table sur un autre pic de croissance en 2024 et 2025 grâce à ses nouveaux marchés. L'échéance est de 2024 pour le marché des smartphones et de fin 2024 pour les projets de réalité virtuelle, "mais nous nous attendons à une adoption plus significative en 2025", précise-t-il.

Un atout pour l'eye tracking des casques VR

Pour la réalité virtuelle, c'est dans les capteurs dédiés au suivi des mouvements des yeux (eye tracking) que Prophesee compte faire la différence. Une fonctionnalité que tous les grands fabricants de casques intègrent désormais dans leurs produits, comme Meta et Sony PlayStation.

Sa technologie Metavision permet un suivi à très haute fréquence (100 ou 1000 Hz) tout en consommant très peu, ce qui en fait un candidat idéal pour cet usage. "Les chercheurs de Meta ont publié des articles scientifiques utilisant notre technologie démontrant qu'ils pouvaient atteindre 10 000 Hz," souligne Luce Verre.

Prophesee compte aujourd'hui environ 110 ingénieurs, et continue à recruter tranquillement sur des postes clés. En plus de son siège à Paris et de ses locaux à Grenoble, la start-up à ouvert un bureau à Shanghai où elle emploie 10 personnes. Elle a également une présence aux Etats-Unis et au Japon.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.