Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Deliveroo condamnée à rembourser 9,7 millions d'euros à l'Urssaf

Le tribunal judiciaire de Paris a condamné le 1er septembre Deliveroo à verser à l'administration fiscale les arriérés de cotisations sociales sur 2015 et 2016, en partant du fait que sa relation contractuelle avec ses livreurs est requalifiée en salariat.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Deliveroo condamnée à rembourser 9,7 millions d'euros à l'Urssaf
Deliveroo condamnée à rembourser 9,7 millions d'euros à l'Urssaf © MD(MA)Production

Condamnée au pénal en avril pour travail dissimulé, Deliveroo va devoir rembourser 9,67 millions d'euros d'arriérés fiscaux à l'Urssaf. A la suite de cette décision de justice estimant qu'il existait un lien de subordination entre les livreurs de Deliveroo et la plateforme, qui aurait dû les salarier, l'Urssaf s'était retournée contre la société afin de recouvrer les cotisations sociales non perçues, ainsi que les majorations pour infraction.
 

Deliveroo va faire appel

C'est BFMTV qui a révélé le premier le montant des arriérés, prononcé au civil par le tribunal judiciaire de Paris le 1er septembre. Il comprend 6,43 millions d'euros d'arriérés de cotisations pour la période entre le 1er avril 2015 et le 30 septembre 2016, 2,49 millions d'euros de majorations de redressement, et 0,75 million d'euros de majorations de retard. Les cotisations sociales portent sur les emplois de 2286 livreurs en Ile-de-France, indique l'AFP.

Deliveroo a annoncé son intention de faire appel de ce jugement, estimant que la procédure n'était "ni régulière ni équitable". Pour le tribunal, Deliveroo n'est pas seulement une plateforme de mise en relation car "la livraison relève indissociablement de son activité", la société fournit du matériel aux livreurs, fixe unilatéralement leur rémunération alors qu'ils sont autoentrepreneurs, et est par ailleurs susceptible de leur infliger des sanctions.

de plus en plus de décisions défavorables à l'entreprise

Deliveroo a également été condamnée en juin par le Conseil des prud'hommes de Paris pour des faits postérieurs à 2017, bien que la plateforme assure que ses pratiques ont changé, et en juillet par la Cour d'appel de Paris qui a confirmé une décision prud'homale de 2020 requalifiant le contrat de prestation de services d'un livreur en contrat de travail.

La plateforme de livraison a perdu 174 millions d'euros au premier semestre, malgré un chiffre d'affaires en croissance de 12%. Elle envisage de quitter les Pays-Bas, où la justice penche également dangereusement pour une requalification en contrat de travail de sa relation avec les livreurs. Une décision de la plus haute instance judiciaire est attendue en décembre 2022.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.