Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Dell France en embuscade pour tirer à son profit la scission de HP

Le groupe de Michael Dell guette avec opportunisme la scission de HP. Le nouveau patron de la filiale française, Anwar Dahab, veut profiter de l’occasion pour détrôner son principal concurrent dans les serveurs et PC d’entreprise.  
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Dell France en embuscade pour tirer à son profit la scission de HP
Dell France en embuscade pour tirer à son profit la scission de HP © Dell
Anwar Dahab, qui a succédé à Emmanuel Mouquet en mai 2015 à la tête de Dell France, mobilise ses troupes. L’occasion qui se présente au groupe texan de l’informatique est historique. HP, son principal concurrent, est occupé à se scinder en deux.
 
Officiellement, le patron de Dell France se garde de toute pratique de concurrence bashing. Il n’empêche. "La scission de HP ouvre une période de flottement, d’incertitude et d’interrogation sur le marché, analyse-t-il. Les clients, attachés à une approche de bout en bout d’approvisionnement informatique, vont être amenés à se poser des questions et peut-être revoir leurs choix de fournisseurs. Nous sommes bien placés pour tirer profit de la situation puisque nous devenons le seul acteur informatique à proposer une solution complète de bout en bout."
 
Une allégation à relativiser toutefois. Le chinois Lenovo et le japonais Fujitsu sont également présents aux deux bouts de la chaîne de valeur : d’un côté les terminaux comme les PC et les tablettes, de l’autre les équipements d’infrastructure comme les serveurs. Avec, il est vrai, une couverture moindre que chez Dell.
 
 
NetApp aussi dans le collimateur de Dell
 
 
D’ici un an, Anwar Dahab ambitionne de détrôner HP à la fois dans le PC d’entreprise et les serveurs. "C’est tout-à-fait possible, martèle-t-il. Au premier trimestre 2015, nous avons supplanté Lenovo dans les PC d’entreprise pour devenir le numéro deux du marché, et dans les serveurs, nous avons réduit l’écart à seulement 3 points avec HP."
 
Les ambitions du patron Dell France ne s’arrêtent pas là. Il veut progresser aussi dans le stockage de données. "Nous sommes devenus le numéro trois du marché derrière EMC et NetApp, rapporte-t-il. Notre objectif est de monter à la deuxième place."
 
 
La scission de HP conforte le dirigeant de Dell France dans la décision de Michael Dell de sortir le groupe en 2013 de la bourse. "Ils ont choisi la solution financière pour plaire aux investisseurs, analyse Anwar Dahab. Dell a opté, au contraire, pour la transformation et le développement à long terme de l’entreprise, ce que la Bourse ne permet pas. Michael Dell se plaignait de consacrer 20% de son temps aux investisseurs. Ce temps, il le consacre maintenant aux clients. Toutes les décisions s’inscrivent désormais dans le long terme. C’est un grand confort de travail qui motive tous les collaborateurs du groupe."
 
 
Un modèle plus "lean" que HP ou IBM
 
Dell emploie environ 100 000 personnes dans le monde, dont 1200 en France, pour un chiffre d’affaires d’environ 60 milliards de dollars. Il se targue d’avoir un modèle "lean" plus efficace que ceux de ses grands concurrents américains, puisqu’il compte trois fois moins de personnel que HP et quatre fois moins qu’IBM pour un revenu environ deux fois moindre.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale