Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Demain, le logiciel sera LE critère principal de choix d'une voiture

Dans quelques années, le logiciel sera LE critère de sélection d'une voiture par excellence, prévoit Sacha Labourey, CEO de CloudBees. Pourquoi ? Car il sera considéré comme le seul facteur capable de garantir le meilleur niveau de sécurité et de confort de conduite. Explications.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Demain, le logiciel sera LE critère principal de choix d'une voiture
Demain, le logiciel sera LE critère principal de choix d'une voiture © Eleks

L’intelligence logicielle est en train de changer la donne de notre économie industrielle actuelle, et l’avènement de l’Internet des objets permet maintenant de mettre à jour les fonctionnalités à distance de façon transparente, via des réseaux de communication toujours plus rapides et performants.

 

Le secteur automobile est un bel exemple de cette transition amorcée. Il y a 15 ans, hormis les critères de volume, de modèle et de couleur, l’acheteur pensait surtout moteur, sécurité et consommation. Aujourd’hui il se demande comment son smartphone va s’intégrer à sa voiture pour communiquer;  il veut savoir s’il va devoir effectuer les mises à jour de son GPS manuellement…

 

Dans quelques années, le logiciel sera LE critère de sélection par excellence, car il sera considéré comme le seul facteur capable de garantir le meilleur niveau de sécurité et de confort de conduite. Restons lucides, je sais bien que ce changement de culture se fera progressivement mais des pionniers tels que Tesla ou Mercedes, qui y voient un potentiel important, ont déjà commencé à intégrer cette révolution à leurs véhicules, aidés par des fournisseurs de solutions IT tels qu’Intel et SAP.

 

La voiture connectée comme outil de prévention routière

L'automobile 2.0, connectée, ne reçoit pas seulement de l'information, elle peut aussi en envoyer aux autres automobilistes. Chez Mercedes, la technologie "Car-to-X" va équiper la future Mercedes Classe E. Intégrée au système "Mercedes Intelligent Drive", elle utilise le réseau de communication de téléphonie mobile pour émettre et recevoir des alertes afin d'améliorer la sécurité.

 

Par exemple, lorsqu'une voiture équipée Car-to-X sera confrontée à un événement inhabituel - tel un virage glissant ou un arrêt suite à un accident - elle enverra automatiquement un message qui, une fois traité, sera renvoyé sous forme d’alerte aux autres conducteurs équipés de cette technologie. Ces derniers pourront donc anticiper de manière autonome d’autres dangers encore invisibles. Bien entendu, pour être totalement efficace, il faudra idéalement que ce système soit présent dans un très grand nombre de voitures, qui feront donc office de capteurs répartis un peu partout afin de garantir une détection la plus exhaustive possible des éventuelles menaces. Ce qui prendra sans doute un peu de temps…

 

A l’image de la grande famille des bikers en Harley Davidson, on peut se prendre à rêver d’une route communautaire jalonnée de conducteurs au volant de leurs voitures connectées dont la conduite sera transcendée par la capacité à bénéficier de l’expérience des autres pour améliorer celle de tous. Ce sentiment d’appartenir à une grande famille n’en sera que plus avantageux pour l’image de marque des constructeurs d’ailleurs !

 

Automatiser les mises à jour logicielles pour sécuriser l’automobile et éviter les cyber-attaques

Depuis la récente publication d’une vidéo montrant des hackers pirater à distance une Jeep Cherokee Chrysler, la question fatidique est sur toutes les lèvres au sein du marché automobile : Si les voitures sont devenues de plus en plus technologiques, comment pouvons-nous éviter les initiatives malveillantes?

 

Depuis chez eux via un simple ordinateur portable, deux chercheurs s’étaient mis dans la peau de hackers et s'étaient introduits dans le système électronique de divertissement embarqué de la voiture, qui est connecté à Internet. Ils avaient réussi à manipuler la radio, les essuie-glaces, mais aussi la vitesse et le freinage. Le but  apparent de l’opération étant de faire prendre conscience aux acteurs de cette industrie que les bénéfices représentés par l’avancée technologique se doivent d’être rationalisés par une maîtrise totale des processus de développement et de déploiement logiciels.

 

Plus la technologie est omniprésente, plus les opportunités d'entrée sont nombreuses pour les pirates informatiques. La société Tesla annonce désormais des mises à jour logicielles pour ses voitures, comme Apple le ferait pour un nouvel OS pour ses ordinateurs et Smartphones.

 

Par ailleurs une voiture dont la technologie n’a pu être mise à jour pour cause d’obsolescence sera tout aussi sujette aux malveillances. Le vieillissement de cette technologie peut aussi être une entrée plus facile pour des hackers.

 

Il existe au sein de Tesla, à la différence d’autres constructeurs, la conscience d’une menace omniprésente. Elle est intégrée autant que ses systèmes informatiques sur ses véhicules.

 

Intégrer le déploiement continu logiciel pour augmenter la durabilité de l’automobile

Il y a quelques mois, quelques conducteurs ont vu leur nouveau modèle de berline électrique Tesla prendre feu suite à un incendie de batterie après avoir roulé sur des débris métalliques présents sur l’autoroute et qui avaient perforé le châssis et provoqué un incendie de la batterie au lithium. Tesla avait alors fait preuve d’innovation et surtout de réactivité en organisant une campagne de mise à jour à distance - via les réseaux de téléphonie - du logiciel pour toutes les voitures en circulation.

Cette mise à jour a permis de limiter l’option d’abaissement du fond plat du véhicule sur autoroute pour éviter que l’incident ne se reproduise. Sans cette initiative salvatrice, imaginez le coût colossal engendré s’il avait fallu rappeler tous les véhicules concernés à l’usine et la perte de profit pour le constructeur. Au lieu de cela, une simple mise à jour logicielle ne nécessitant aucun déplacement de main d’œuvre a permis de conserver l’ensemble des modèles sur le marché pour la plus grande satisfaction de ses clients.

 

Un océan de possibilités mais sous certaines conditions

L’explosion de l’Internet des Objets permet à notre société d’entrevoir les multiples opportunités offertes par les objets connectés. L’industrie automobile s’est clairement saisie de cette tendance pour stimuler l’innovation au sein de son marché très concurrentiel et concevoir une nouvelle ère de véhicules intelligents, réceptifs, réactifs et funs !

 

Cependant l’intégration logicielle dans ce type de produits comporte des risques. Le cœur de cette problématique étant de réussir à isoler les éléments vitaux liés à la sécurité du conducteur et de ses passagers, les performances de conduite des autres fonctions moins critiques du véhicule telles que le multimédia, ou encore la climatisation. De nombreux ingénieurs, concepteurs et chercheurs et y travaillent déjà mais la route n’est pas terminée.

 

L’arrivée de l’IoT va pousser l’industrie automobile à standardiser ses ordinateurs de bord. Dans une dynamique similaire à celle que l’on a pu observer sur le marché des Smartphones, pour mieux se différencier, les constructeurs se battent aujourd’hui pour développer l’interface la plus ergonomique, innovante, intuitive et performante. La gagnante sera la voiture connectée dont la correction des bugs applicatifs ou les mises à jour logicielles se feront en continu over-the-air sans même que son conducteur ne s’en aperçoive. C’est à ce moment-là que le déploiement continu fera toute la différence entre les marques.

 

Là où auparavant le constructeur pensait essentiellement son produit d’un point de vue mécanique et esthétique, il va falloir laisser une part importante du succès d’un modèle de voiture connectée à la qualité de son système logiciel. Le gage de cette qualité ne peut exister sans la mise en place d’une phase de tests logiciels en amont extrêmement exhaustive et rigoureuse afin de s’assurer que le logiciel déployé dans l’automobile répond bien à tous les besoins et éventualités liés au voyage effectué. Pour y arriver, les mises à jour logicielles sont absolument incontournables et vont devenir essentielles sur le marché.

 

Les plus pessimistes diront sûrement que la tendance passera comme le hipster qui un matin décide de se raser la barbe mais, pour ma part, je suis profondément convaincu que le déploiement continu et IoT sont les passages obligés de la voiture connectée et intelligente pour "déployer" toute l’étendue de ses possibilités afin d’offrir au conducteur une expérience de la route encore meilleure.

 

Par Sacha Labourey, CEO de CloudBees

Les avis d'experts et points de vue sont publiés sous la responsabilité de leurs auteurs et n’engagent en rien la rédaction.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale